Les drames à Boucherville et Terrebonne, qui ont fait trois morts, sont liés

MONTRÉAL – Les deux drames survenus jeudi soir et tôt vendredi matin à Terrebonne et Boucherville sont liés, ont confirmé les autorités policières, sans toutefois apporter de précisions sur les motifs, pour les besoins de l’enquête.

Ces deux tragédies, sur lesquelles enquêtent conjointement la Sûreté du Québec (SQ), le Service de police de l’agglomération de Longueuil et le Service de police de Terrebonne, ont fait trois morts et deux blessés graves.

«L’enquête (…) permet d’établir qu’il existe un lien entre les deux événements, mais quant à savoir quels sont les motifs ou les circonstances, il est encore trop tôt», a expliqué une porte-parole de la SQ, Ingrid Asselin, en point de presse.

À Terrebonne, l’avocat Benoît Côté, âgé dans la cinquantaine, ainsi qu’une employée de 30 ans, luttaient toujours pour leur vie après avoir été atteints par balle vers 18 h, jeudi, dans le cabinet d’avocats Côté-Gosselin, situé sur la Montée des Pionniers.

Du côté de Boucherville, quelques heures plus tard, vers 00 h 30, les cadavres de trois hommes ont été découverts dans une résidence de la rue de Blois.

L’un d’entre eux était un quinquagénaire, alors que les deux autres ne semblaient avoir qu’une vingtaine d’années. Les corps présentaient tous des blessures probablement infligées par arme à feu.

Un incendie a volontairement été allumé dans le domicile, puisque des traces d’accélérant y ont été décelées.

Les policiers avaient été alertés par une dame qui s’inquiétait de la sécurité de ses proches.

«Le feu faisait rage dans la maison, a raconté Tommy Lacroix, du Service de police de Longueuil. Après leur arrivée sur les lieux, les policiers ont dû battre en retraite.»

Les cadavres ont été découverts après que l’incendie eut été maîtrisé par les pompiers et une fois la maison sécurisée.

Les autorités n’ont pas dévoilé l’identité des victimes, mais il s’agirait d’un père, Michel Dubuc, et ses deux fils, Gabriel et Jérémie.

Des autopsies seront pratiquées sur les dépouilles afin de déterminer les circonstances exactes de leur mort. Elles seront menées au plus tard au début de la semaine prochaine.

Parmi les hypothèses avancées, une des victimes de Boucherville pourrait s’être rendue à Terrebonne en début de soirée, et avoir tiré sur deux personnes qui se trouvaient dans le bureau d’avocats.

L’individu serait ensuite revenu à sa résidence pour tuer ses proches, et mettre le feu à la maison.

«On n’en cherche pas, a répondu Mme Asselin lorsqu’il lui a été demandé si les policiers étaient à la recherche d’un suspect. L’enquête nous a mené ici (à Boucherville).»

Quant aux deux blessés de Terrebonne, ils se trouvaient toujours dans un état critique en début de soirée, vendredi.