Les frappes contre l’État islamique ont diminué depuis le début de la campagne

OTTAWA – De nouvelles statistiques de la Défense nationale montrent que les frappes aériennes canadiennes contre le groupe extrémiste État islamique ont diminué depuis le début de la campagne électorale fédérale, le 2 août.

Les avions de combat CF-18 ont mené 10 frappes aériennes le mois dernier, et 12 en août, ce qui représente moins de la moitié du nombre mensuel moyen de raids depuis le printemps.

La diminution des frappes aériennes survient alors que la Russie a lancé cette semaine sa propre campagne aérienne en Syrie, frappant des cibles au nom du gouvernement syrien de Bachar el-Assad, ce qui fait dire à certains observateurs qu’il s’agit d’une nouvelle étape à haut risque dans le conflit persistant au Moyen-Orient.

Le gouvernement Harper n’a pas commenté ces récents développements, mais la chef du Parti vert, Elizabeth May, a affirmé que le Canada devrait appeler de manière urgente à des discussions avec la Russie, l’Iran, les États-Unis et d’autres alliés.

La campagne militaire aérienne a eu une place importante dans la campagne électorale fédérale: les libéraux ont promis de cesser les frappes aériennes pour s’attarder à la formation des forces terrestres irakiennes, et les néo-démocrates ont dit qu’ils mettraient carrément fin à la mission militaire canadienne dans la région.

L’intervention canadienne a fait les manchettes en août lorsqu’il a été mis au jour que la coalition menée par les États-Unis avait enquêté sur une frappe canadienne effectuée l’hiver dernier, en raison d’allégations de morts de civils, pour finalement conclure à l’absence de preuve pour soutenir ces allégations.

Laisser un commentaire