Les jurés au procès Magnotta visionnent une nouvelle vidéo troublante

MONTRÉAL – Les jurés au procès de Luka Rocco Magnotta ont visionné jeudi une vidéo dans laquelle on voit l’accusé tenir une scie oscillante électrique juste au-dessus d’un jeune inconnu endormi.

Des images vidéo et des photos de cet homme, qui n’a jamais été identifié par la police, ont été prises le 19 mai 2012, moins d’une semaine avant le meurtre et le démembrement de l’étudiant chinois Jun Lin. Ces images montrent l’inconnu, ronflant doucement, pieds et poings liés au lit avec de la corde, alors que Magnotta se déplace autour du lit à la recherche du meilleur angle de caméra.

Dans un extrait de la vidéo, l’accusé est assis sur le jeune homme, une scie oscillante à la main, et lui demande s’il va bien. Les jurés ont aussi vu des photos des deux hommes qui semblent endormis dans le lit, tout habillés. Ce jeune homme s’est finalement tiré indemne de cette nuit chez Magnotta: on l’a vu sur une vidéo de surveillance sortir de l’immeuble, plutôt chancelant, avec l’aide de Magnotta.

Ces photos et images vidéo originales ont servi plus tard à monter la fameuse vidéo qui montrerait le meurtre et le démembrement de Jun Lin le 25 mai 2012. Les jurés avaient déjà vu cet inconnu dans les 53 premières secondes de la vidéo qui a été publiée en ligne après le meurtre, «One Lunatic, One Ice Pick», et qu’ils ont visionnée il y a une semaine au tribunal.

Un enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal spécialisé dans le cybercrime, Panagiotis Sarganis, est venu expliquer aux jurés, jeudi, qu’il avait extrait ces images originales de la carte mémoire d’une caméra jetée aux ordures derrière l’immeuble où habitait Magnotta dans le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal.

Magnotta a jeté de temps à autre un oeil sur les images présentées jeudi au jury, mais il a gardé la tête penchée la plupart du temps.

Cette vidéo ne montre pas le meurtre de Jun Lin — il était déjà mort lorsque la caméra a été mise en marche. Mais on y voit Magnotta poignarder à plusieurs reprises le corps de la victime.

Dans la dernière séquence montrée aux jurés, on reconnaît clairement Magnotta, qui baisse son pantalon et se masturbe en utilisant un bras amputé de la victime. Les jurés ont aussi vu plusieurs clichés du corps démembré de Jun Lin, dont une où des membres et la tête sont empilés.

L’enquêteur Sarganis a expliqué qu’il avait pu dater ces documents en utilisant comme point de référence la vidéo du meurtre, dont la date est, elle, bien connue.

Magnotta fait face à cinq chefs d’accusation: meurtre prémédité, outrage à un cadavre, harcèlement criminel du premier ministre Stephen Harper et d’autres députés fédéraux, production de matériel obscène, et utilisation de la poste pour envoyer du matériel obscène. Il a plaidé non coupable aux cinq accusations mais a admis les gestes qui lui sont reprochés. Son avocat tentera de plaider l’aliénation mentale, alors que la Couronne veut démontrer que Magnotta avait planifié ses crimes.

Le juge Guy Cournoyer a par ailleurs indiqué au jury, jeudi, que la Couronne devrait avoir appelé tous ses témoins au début de la semaine prochaine, et que la défense pourrait procéder le vendredi suivant.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie