Les libéraux font de l’intimidation un thème de campagne électorale

MONTRÉAL – Les libéraux font de l’intimidation un thème de campagne électorale. Philippe Couillard en fait un dossier personnel: il a présenté, mercredi, ses engagements pour contrer l’intimidation, à Montréal-Nord, dans une école de combat extrême.

S’il est élu, le chef libéral présiderait un grand forum sur l’intimidation dans les 100 premiers jours de son mandat et s’occuperait du suivi. Un autre projet de loi serait déposé, qui s’ajouterait à celui que les libéraux ont déjà fait adopter en 2012 concernant les écoles, en vue d’élargir la portée de la lutte à l’intimidation.

«Je veux m’assurer que ce sujet ne soit pas banalisé», a déclaré le chef libéral dans une conférence de presse, à l’Académie Ness Martial, fondée par le boxeur Ali Nestor Charles, afin d’aider les jeunes en difficulté.

Un gouvernement libéral ferait des campagnes de sensibilisation contre l’intimidation et la cyberintimidation. Il formerait également des policiers spécialisés dans ce domaine, en plus de mettre sur pied des programmes communautaires pour les jeunes reconnus coupables d’intimidation.

Également, Philippe Couillard veut mieux protéger les victimes de violence conjugale. S’il forme le gouvernement, il procédera à une modification législative pour faire disparaître de tous les documents publics les noms des maisons d’hébergement, pour ne pas qu’elles puissent être retracées.

«Il faut donner à ces femmes et ces enfants l’assurance qu’ils seront à l’abri de leurs agresseurs, a expliqué le député libéral sortant Robert Poëti, au côté de son chef. Ces même agresseurs connaissent parfois des moyens pour localiser où ils sont.»

Enfin, les libéraux feraient un peu de recyclage. Ils s’engagent à présenter de nouveau un projet de loi sur la maltraitance dans le réseau de la santé et des services sociaux, qu’ils avaient déposé en 2013. Il prévoirait la mise en place d’un plan complet de lutte à la maltraitance dans les établissements publics et privés..

En 2012, le gouvernement libéral avait fait adopter le projet de loi 56, pour prévenir et combattre l’intimidation dans les écoles. En vertu de cette pièce législative, chaque école doit présenter un plan de de lutte à l’intimidation et à la violence.

En soirée, Philippe Couillard est allé faire campagne dans Mégantic, une circonscription durement éprouvée par la catastrophe de l’été dernier. Environ une cinquantaine de militants s’étaient déplacés, malgré la chute de neige abondante.

Le chef libéral a défendu le travail de son député, Ghislain Bolduc, critiqué par le PQ pour n’avoir pas été assez présent dans les heures difficiles. Le PQ souhaite en fait enlever la circonscription, qui a été remportée par seulement 1100 voix en 2012 par le PLQ. Les péquistes misent sur la perception favorable de l’action du gouvernement Marois à la suite de la catastrophe de Lac-Mégantic, ainsi que sur sa candidate, Isabelle Hallé, la directrice générale de la Chambre de commerce de la région de Mégantic.