Les magasins de la bannière Gap vont cesser la pratique des horaires sur appel

TORONTO – Les magasins de la bannière Gap au Canada vont emboîter le pas à leurs pendants américains et cesser d’exiger à leurs employés qu’ils demeurent sur appel pour des quarts de travail offerts à la dernière minute.

La porte-parole de Gap, Laura Wilkinson, a indiqué que ces changements s’appliqueront à toutes les boutiques de l’entreprise, qui détient les magasins The Gap, Banana Republic, Old Navy et Intermix.

La cinquième chaîne de magasins de Gap, Athleta, n’a aucune enseigne au Canada.

Mme Wilkinson a expliqué que les équipes de direction de toutes les marques ont évalué leurs méthodes de gestion des horaires au cours de la dernière année afin de déterminer comment ils pouvaient améliorer la stabilité et la flexibilité des horaires dans une optique constante d’accroissement de la productivité.

Elle a ajouté que tous les magasins se sont engagés à remettre les horaires de travail aux employés au moins 10 à 14 jours à l’avance.

La plupart des marques commenceront à mettre en place ces nouvelles directives le mois prochain pour qu’elles soient complètement effectives au début de l’année prochaine.

Cette nouvelle politique avait été annoncée jeudi aux États-Unis. Le procureur général de l’État de New York avait envoyé des lettres à Gap et à 12 autres détaillants, plus tôt cette année, pour les questionner sur leur politique d’horaires sur appel.

Ce type d’horaire impose aux travailleurs payés à l’heure de demeurer disponibles sur appel pour des quarts de travail déterminés le soir précédent ou le jour même, ce qui laisse fort peu de temps aux employés pour organiser du gardiennage ou planifier toute autre activité professionnelle.