Les plaques en mémoire des femmes autochtones tuées par Pickton ont été retirées

VANCOUVER – Le frère d’une des femmes assassinées par Robert Pickton est choqué et déçu que le Ville de Vancouver ait retiré des plaques à la mémoire des victimes.

Les plaques de bronze portant les noms de Georgina Papin, Brenda Wolfe et Marnie Frey ont été installées sur un trottoir du centre-ville en 2012.

George Papin se rend à Vancouver une ou deux fois par mois pour déposer du tabac sur la plaque de sa soeur et prier. Mais il y a environ deux semaines, il a découvert que la plaque était disparue.

Ces monuments faisaient partie d’un projet inachevé nommé «The Living Stones», qui prévoyait d’installer 62 plaques aux derniers endroits où les femmes assassinées ont été vues.

La ville a repris les rênes du projet en 2013, après la dissolution de l’organisme qui l’a lancé. Seulement quatre plaques étaient installées.

Un porte-parole de la Ville a indiqué samedi que le personnel de la Ville travaillait à «régler des questions» entourant le projet. Il a ajouté que les fondateurs avaient indiqué que toutes les familles et la communauté du quartier appuyaient leur projet.

«Malheureusement, nous avons découvert qu’il n’y avait pas consensus dans la communauté ou de la part des familles des femmes», a soutenu Jason Watson dans un communiqué.

«Étant donné le manque de consensus, il a été déterminé au printemps 2015 que les quelques plaques installées seraient ôtés et qu’aucune autre ne serait installée.»

La Ville s’affaire à obtenir les coordonnées des familles afin de leur acheminer les plaques, a-t-il ajouté, spécifiant que l’organisme à l’origine du projet avait refusé de remettre ces informations.

M. Papin soutient ne pas avoir été contacté par la Ville de Vancouver.

Laisser un commentaire