Les policiers canadiens commencent à utiliser des balles moins létales

TORONTO – Les policiers canadiens utilisent de plus en plus les balles moins létales qui sont grandement en vogue aux États-Unis.

Au moins six corps policiers, dont la GRC et le Service correctionnel du Canada, ont commencé à utiliser des balles de caoutchouc conçues pour neutraliser leurs cibles sans les blesser grièvement.

Selon Security Devices International, le fabricant de la Blunt Impact Projectiles (BIP), les corps policiers municipaux ont eux aussi commencé à utiliser ces munitions.

Le directeur général de l’entreprise, Greg Sullivan, — lui-même un ancien policier de Toronto et de Halton — affirme que plusieurs policiers du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) s’en servent déjà. D’autres unités, à Toronto, à Regina et à Saskatoon, en ont acheté. Les services policiers d’Edmonton et Calgary envisagent d’équiper certaines de leurs autos-patrouilles avec des armes anti-émeutes tirant des BIP.

Un porte-parole de la police de Montréal, le sergent Laurent Gingras, assure que ces projectiles sont «très rarement» utilisés par le SPVM. L’escouade tactique et l’anti-émeute peuvent s’en servir. L’officier a refusé de donner de plus amples renseignements à ce sujet.

Une porte-parole de la police de Saskatoon, Alyson Edward, reconnaît que le corps a commandé une caisse de ce type de balle. Elle ajoute que ces projectiles ne sont actuellement pas distribués aux agents.

Selon M. Sullivan, les différents corps policiers canadiens ont un besoin urgent de renforcer leur arsenal d’armes non-létales.

«Les policiers ont de plus en plus affaires avec des gens atteints de maladie mentale, affirme-t-il. Certains peuvent devenir très violents. On doit pouvoir les neutraliser sans utiliser une force létale.»

L’arsenal policier compte déjà un certain nombre d’armes non-létales comme le poivre de Cayenne, les armes paralysantes ou les balles en caoutchouc. Toutefois, ces armes ont déjà tué, amenant les autorités à cherches des solutions encore «moins létales».

Laisser un commentaire