Les policiers interceptent des médicaments contrefaits pour vente en ligne

MONTRÉAL – Les policiers de la GRC et Interpol ont découvert en une seule semaine de vérification de colis provenant de l’étranger près de 2000 colis contenant près de 140 000 produits pharmaceutiques contrefaits destinés à la vente illégale en ligne.

On évalue à plus de 625 000 $ la valeur de la marchandise saisie.

L’opération canadienne, qui s’est déroulée entre le 13 et le 20 mai dans trois centres de tri postal à Montréal, Toronto et Vancouver, s’inscrivait dans une vaste rafle internationale dans 111 pays qui a mené à l’arrestation de 237 individus, la saisie de près de 9,5 millions de produits pharmaceutiques d’une valeur de près de 36 millions $.

Bien que les médicaments pour la dysfonction érectile — notamment le Viagra — et la perte de poids demeurent parmi les plus populaires, les policiers ont également saisi des produits pour traiter le diabète, la glande thyroïde, le cancer, des antidépresseurs, des antiestrogènes, des antihistaminiques, des diurétiques, des antipsychotiques, des relaxants musculaires et des bronchodilatateurs, pour ne nommer que ceux-là.

Les policiers rappellent qu’il est impossible de savoir ce que contiennent les produits pharmaceutiques achetés en ligne et que ceux-ci s’avèrent souvent dangereux et même parfois mortels.

De plus, certains sites Internet donnent l’impression d’être des distributeurs pharmaceutiques canadiens légitimes alors qu’il n’en est rien et qu’ils ne sont même pas situés au Canada.

Par ailleurs, l’achat de médicaments en ligne expose le client à la fraude par carte de crédit, au vol d’identité et aux logiciels malveillants.