Les tensiomètres ne seraient pas tous fiables

MONTRÉAL – Les tensiomètres utilisés à la maison pourraient être imprécis dans 15 pour cent des cas, selon une étude dirigée par un chercheur canadien qui sera présentée le mois prochain lors d’un congrès médical en Pennsylvanie.

On recommande aux patients hypertensifs de se procurer un tensiomètre dans le cadre de leur programme de traitement, mais on ne sait que peu de choses au sujet de la précision réelle de ces appareils.

Le docteur Swapnil Hiremath, de l’Université d’Ottawa et de l’hôpital d’Ottawa, et ses collègues ont comparé les mesures de ces tensiomètres avec celles de sphygmomanomètres au mercure validés, comme ceux utilisés par les médecins, auprès de 210 patients.

Les chercheurs ont découvert que 30 pour cent des tensiomètres offraient une lecture de la pression systolique différente de plus de 5 mm Hg comparativement aux sphygmomanomètres, et que 8 pour cent offraient une lecture différente de plus de 10 mm Hg.

Concernant la pression diastolique, ces pourcentages sont de 32 pour cent et de 9 pour cent, respectivement.

Le docteur Hiremath recommande à tous les patients qui utilisent un tensiomètre à la maison d’en vérifier la précision au moins une fois auprès de leur médecin.

Les plus populaires