L’homme ayant ouvert le feu sur des policiers d’Edmonton s’est enlevé la vie

EDMONTON – L’autopsie d’un homme, qui avait tiré des dizaines de coups de feu en direction de policiers d’Edmonton, a démontré que l’individu s’est lui-même infligé la mort avec son arme.

L’Équipe de réponse aux incidents graves de l’Alberta a soutenu que l’examen du corps a également permis de déterminer que le forcené était bel et bien Norman Raddatz.

L’agence a précisé que l’individu était déjà mort au moment où sa maison a pris feu plus tôt cette semaine.

La police avait indiqué qu’elle enquêtait sur lui car il aurait commis du harcèlement à caractère antisémite contre un homme d’Edmonton et sa famille.

Plusieurs membres des forces de l’ordre se trouvaient à proximité de la demeure de Norman Raddatz lorsque des balles ont commencé à être tirées à travers la porte.

Daniel Woodall, qui avait à peine 35 ans et qui appartenait à l’unité de lutte contre les crimes haineux, a été abattu sur place, lundi, alors qu’il avait en main un mandat d’arrestation visant le réparateur de réfrigérateurs de 42 ans.

L’un des collègues de M. Woodall a été atteint dans le dos, mais il a survécu grâce à son gilet pare-balles. Les autres policiers sont demeurés cloués au sol pendant une dizaine de minutes alors que les balles sifflaient au-dessus d’eux.

Plus de 50 trous provoqués par des coups de feu ont été dénombrés dans la résidence de Norman Raddatz et dans un garage lui faisant face.

Ce dernier a été décrit par ses voisins comme un homme inamical ainsi que comme un père divorcé qui buvait, ne travaillait pas et ne prenait pas soin de sa propriété.