Libéral majoritaire en Ontario: Mme Wynne veut rappeler la Chambre le 2 juillet

TORONTO – La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, ne s’offrira pas de longues vacances estivales.

Forte d’un nouveau mandat majoritaire à la suite du scrutin de jeudi, Mme Wynne a indiqué, vendredi matin, qu’elle veut reprendre les travaux à l’Assemblée législative le 2 juillet avec un discours du Trône et un nouveau cabinet. Les libéraux au pouvoir vont aussi faire adopter le même budget qui avait contribué au déclenchement des élections.

«J’ai très hâte d’agir pour mettre en place le plan que nous avons présenté, le plan d’investir dans cette province et de la faire croître», a dit la première ministre.

Le budget de 130,4 milliards $ vise à stimuler l’économie grâce à d’importantes dépenses, incluant 29 milliards $ dans les transports en commun, les routes et les ponts en 10 ans, 2,5 milliards $ en subventions aux entreprises, et de meilleurs salaires pour les travailleurs en santé et en éducation.

Le budget promettait aussi un régime de retraite provincial, un enjeu qui a suscité des échanges musclés avec les conservateurs fédéraux durant la campagne.

Mme Wynne a dit clairement placer les services publics en haut de sa liste, devant l’élimination du déficit massif de 12,5 milliards $ de l’Ontario, bien qu’elle promette encore d’équilibrer le budget en trois ans.

Respecter cet échéancier nécessitera certaines restrictions de dépenses marquées, et Mme Wynne n’a pas spécifié où les coupes seraient réalisées. Des agences de notation cherchent aussi à obtenir des détails, la firme Moody’s affirmant que les déficits plus imposants que prévu au cours des deux prochaines années constituaient un élément négatif pour le crédit de l’Ontario.

«Je suis pleinement consciente des défis qui nous attendent», a dit Mme Wynne. «Nous devons nous assurer de faire tout ce que nous nous sommes engagés à faire, et de faire de la cible d’élimination du déficit d’ici 2017-2018 une réalité», a-t-elle exposé.

Le virage à gauche de la chef libérale lui a profité durant la campagne, lui permettant d’attirer des partisans du Nouveau Parti démocratique (NPD) craignant une réduction aveugle des dépenses de la part d’un gouvernement progressiste-conservateur. Elle a aussi qualifié de catastrophe économique en devenir le plan des progressistes-conservateurs d’éliminer 100 000 postes dans la fonction publique.

Les syndicats ayant diffusé des publicités dénonçant les plans d’austérité du chef progressiste-conservateur Tim Hudak s’attribuent une part de crédit dans la victoire des libéraux, et disent s’attendre à un retour d’ascenseur.

«Les libéraux devraient travailler à améliorer le budget présenté le mois dernier, tout en respectant leurs promesses d’un régime de retraite provincial à l’image du Régime de pensions du Canada, de hausses des salaires pour les travailleurs vulnérables et d’investissements dans les infrastructures», a déclaré par communiqué le président de l’Ontario Federation of Labour, Sid Ryan.

Mme Wynne a aussi affirmé que le comité parlementaire qui examine l’annulation coûteuse de deux projets de centrales thermiques poursuivra ses travaux. Elle a laissé entendre qu’elle n’abandonnerait pas sa poursuite de 2 millions $ contre Tim Hudak, qui a prétendu que la première ministre pourrait avoir camouflé le scandale concernant ces deux projets annulés à la veille des précédentes élections générales d’octobre 2011.

Les progressistes-conservateurs ont perdu 10 sièges jeudi, amenant M. Hudak à annoncer qu’il quittera la direction du parti dès qu’un nouveau chef aura été désigné.

Par ailleurs, pour la première fois en plus de deux décennies, le taux de participation aux élections en Ontario a augmenté par rapport au précédent scrutin. Élections Ontario a indiqué que des résultats non officiels montrent que 52,1 pour cent des 9,2 millions d’électeurs éligibles avaient exercé leur droit de vote. En 2011, le taux de participation avait atteint un creux historique de 48,2 pour cent.

Les plus populaires