Libération par erreur de Francis Boucher: il devra rester derrière les barreaux

MONTRÉAL – Francis Boucher, fils de l’ancien chef des Hells Angels, Maurice Boucher, devra rester derrière les barreaux.

À l’enquête sur remise en liberté de Boucher, jeudi, à Montréal, le juge Thierry Nadon a refusé de le remettre en liberté sous caution, estimant que sa détention est nécessaire à la protection du public.

Plus tôt jeudi, on a pu apprendre qu’une série d’erreurs administratives a causé la libération de Francis Boucher le 23 mars dernier au Centre de détention de Montréal.

L’enquêteure de la Sûreté du Québec Sandra Pigeon est venue expliquer qu’il s’agissait d’un avant-midi fort occupé et que les agents étaient tout simplement «débordés».

En tout, ce matin-là, neuf détenus devaient sortir et une «altercation physique» avec l’un d’entre eux aurait perturbé le travail des agents.

C’est à ce même moment que la chef d’unité du département aurait demandé d’en libérer un de plus, soit Michel Stéphane Boucher. La peine de ce dernier ayant été mal calculée, elle était considérée «illégale», d’où l’empressement pour le sortir le plus rapidement possible.

Au moment de sortir la fiche d’identification du prisonnier, un agent aurait pris la première qu’il a vue avec le nom de Francis Boucher inscrit dessus et non pas celle de Michel Stéphane Boucher.

L’agent en question a reconnu avoir commis une erreur dans toute cette pression qui régnait le matin du 23 mars.

Au moment où les agents correctionnels sont venus chercher Francis Boucher, il ne semblait pas être au courant de sa libération.

Le détenu de 40 ans s’est rendu compte de l’erreur seulement deux jours plus tard, signalant la faute à son avocat.

Le fils de «Mom» Boucher purge une peine de prison de 117 jours pour avoir proféré des menaces contre des agents de la paix et pour bris de conditions, et pourrait être libéré le 26 mai.

À la suite de sa libération par erreur, il fait toutefois aussi face à des accusations d’évasion, de liberté illégale et d’usurpation de personne.

Laisser un commentaire