Livraison postale : un politicien américain appuie l’intention de Postes Canada

WASHINGTON – La fin annoncée de la livraison postale au Canada a provoqué une réaction de célébration de la part d’un législateur américain, qui souhaite voir son pays adopter une approche similaire pour mettre un terme au service résidentiel.

La nouvelle annoncée il y a une dizaine de jours a incité le républicain Darrell Issa, membre de la Chambre des représentants, à publier un communiqué dans lequel il «applaudit» le Canada pour son intention de mettre en pratique un principe inclus dans son propre projet de loi visant à restructurer le service postal des États-Unis.

«Au moment où la technologie évolue, le peuple canadien change la façon d’utiliser le papier postal. Postes Canada est conscient de cette réalité et y réagit. Le gouvernement canadien appuie sa décision de se moderniser», a déclaré le représentant de l’État de la Californie.

«Le peuple américain a également modifié sa façon d’utiliser le papier postal et le Service postal des États-Unis, aux prises avec des difficultés financières, doit réagir en conséquence», a ajouté M. Issa.

Comme leurs voisins au nord et les citoyens de pays plus lointains, les Américains cherchent des moyens pour modifier la raison d’être des bureaux de poste à une époque où la technologie a complètement chamboulé les méthodes traditionnelles pour faire des affaires.

Certains pays ont adopté des changements radicaux.

La semaine dernière seulement, il a été annoncé que la Royal Mail, un opérateur postal du Royaume-Uni, sera inscrit au FTSE 100 (Financial Times Stock Exchange) après avoir connu du succès après ses deux premiers mois sur le marché boursier.

Il y a un quart de siècle, l’Allemagne a instauré d’importantes réformes, devenues nécessaires par le besoin de fusionner deux systèmes postaux en plein coeur du processus de réunification du pays et de la chute du Mur de Berlin.

Dans le cadre de ce tourbillon d’activités, le pays a privatisé la Deutsche Post. La technologie a été modernisée et des biens immobiliers ont été vendus. Presque tous les bureaux de poste publics ont été fermés, et la cueillette des colis a été transférée vers des commerces, banques et même des résidences privées.

Le service postal est en opération six jours sur sept. Des factures numériques sont acheminées, et les citoyens peuvent décider s’ils préfèrent recevoir des factures en papier. Et on teste actuellement la livraison par drone.

Au cours de la dernière année, la Deutsche Post a vu le cours de son action augmenter de 50 pour cent, et les profits surpassent les attentes des analystes.

Pendant ce temps, des initiatives politiques aux États-Unis, incluant celle de M. Issa, ont de la difficulté à glaner des appuis. L’un des problèmes réside dans les visions contradictoires de ce que devrait être le service postal au 21e siècle.

Différents projets de loi soumis au Congrès ne font à peine qu’effleurer les divers scénarios.

Celui de M. Issa à la Chambre des représentants mettrait fin à la livraison à domicile, une clause parmi une dizaine d’autres de grande importance. Au Sénat, un autre projet de loi aurait pour objectif d’inciter les propriétaires de maisons de ne plus recevoir de courrier à domicile sur une base volontaire.

Les plus populaires