L’olympienne Clara Hugues a avoué avoir raté un test antidopage en 1994

MONTRÉAL – La multiple médaillée olympique Clara Hugues a avoué avoir raté un test antidopage en 1994.

Hughes a écrit dans sa biographie qui sera lancée mardi qu’elle a été testée positive à l’éphédrine, une substance interdite, et qu’elle en a été informée par le directeur de l’équipe nationale de cyclisme à l’époque.

Cette infraction est survenue avant la création de l’Agence mondiale antidopage ou du Centre canadien pour l’éthique dans le sport.

Elle a toujours cru qu’il s’agissait d’une erreur du laboratoire ou peut-être d’un acte de sabotage.

À la fin de la saison de compétitions, Hughes avait écopé d’une suspension de trois mois. Elle avait décidé de garder cette information secrète.

Dans un communiqué émis dimanche soir, Cyclisme Canada affirme que Clara Hughes a communiqué avec l’organisme le 27 août dernier pour lui indiquer qu’elle allait publier le 8 septembre une biographie contenant notamment la révélation qu’elle avait commis une infraction antidopage non révélée.

«Clara Hughes a fourni à Cyclisme Canada une copie de l’extrait du manuscrit où elle révèle qu’elle a testé positif à une substance proscrite en 1994, l’éphédrine, et où elle indique également que le directeur de l’équipe nationale de l’époque l’avait informée qu’il avait été prévenu par l’UCI (l’Union cycliste internationale) d’une sanction de trois mois», a indiqué l’organisation.

Cyclisme Canada a rappelé prôner une divulgation «complète, juste et ouverte de toutes les infractions reliées au dopage».

Hughes est sur un pied d’égalité avec Cindy Klassen pour le plus grand nombre de médailles olympiques d’une athlète canadienne, ayant pris part aux Jeux d’hiver et d’été.

Elle a remporté deux médailles de bronze en cyclisme sur route aux Jeux d’Atlanta en 1996. Elle a également mérité l’or au 5000 mètres en patinage de vitesse longue piste aux Jeux de Turin en 2006, ajoutant l’argent à la poursuite par équipe la même année. Elle a aussi gagné le bronze au 5000 mètres aux Jeux de Salt Lake City en 2002 ainsi qu’à ceux de Vancouver en 2010.

Hughes a agi comme porte-drapeau de l’équipe canadienne lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Vancouver.

Depuis sa retraite de la compétition, Hughes fait la promotion de la santé mentale, puisant dans sa propre expérience sur la dépression.

Laisser un commentaire