L’Ontario met à l’essai un péage sur une voie de covoiturage

TORONTO – L’Ontario a annoncé un projet pilote de voie à péage sur l’autoroute Queen Elizabeth Way entre Oakville et Burlington, dans le but d’alléger la congestion routière.

Les automobilistes qui n’ont pas de passagers pourront faire le choix de payer pour utiliser la voie de circulation réservée aux véhicules à plusieurs passagers, sur une distance de 16,5 kilomètres.

Le projet pilote, d’une durée de quatre ans, débutera l’an prochain. Le gouvernement n’annoncera que le printemps prochain le prix du péage.

Le ministre des Transports, Steven Del Duca, a indiqué que la province prévoyait suivre une approche semblable à celle de l’Utah, qui a chargé 50 $ par mois aux automobilistes durant le même projet, avant d’adopter un système de péage électronique à frais variables.

Il a cependant tenu à préciser que le montant ne serait pas nécessairement le même qu’en Utah et qu’il restait des analyses à compléter.

L’Ontario prévoit mettre en place un réseau de voies rapides payantes, avec des prix variables en fonction du temps de la journée et de l’intensité de la circulation. Les prix seraient affichés sur des panneaux.

«Cela donne au gouvernement et au système la chance de tenir compte de ce qui se passe en temps réel, pour composer avec ce qu’on appelle la gestion de la demande de circulation», a expliqué le ministre Del Duca.

Il serait cependant «prématuré» de parler des revenus qui pourraient découler de ces péages «jusqu’à ce que nous ayons déterminé le prix qui sera demandé aux automobilistes», a-t-il ajouté.

Les progressistes conservateurs ne sont pas d’accord avec l’installation de péages sur les autoroutes qu’ont déjà payées les contribuables.

Les néo-démocrates croient quant à eux qu’il est injuste que les riches paient pour circuler seuls dans les voies de covoiturage.

«Est-ce que les gens bien nantis pourront se rendre au travail plus rapidement, alors que les moins fortunés seront coincés dans la voie lente?», a demandé la leader du parti, Andrea Horwath.

Laisser un commentaire