Malgré les mauvaises données sur l’emploi, Couillard n’entend pas changer de cap

QUÉBEC – Le premier ministre Philippe Couillard dit être «franchement surpris» par les données désastreuses de l’emploi au Québec en juin, mais n’a pas l’intention de changer quoi que ce soit aux orientations fondamentales de son gouvernement.

Le mois dernier, le Québec a connu ses pires résultats mensuels en 10 ans, à la suite de la perte de pas moins de 33 000 emplois, et pire encore, les pertes dans le secteur privé ont atteint 54 400. Cependant, le gouvernement libéral n’a pas l’intention de changer de cap, même si le premier ministre ne s’y attendait pas.

«On a un mois qui nous a franchement surpris, d’autant plus que les revenus du gouvernement se maintiennent complètement», a-t-il commenté en conférence de presse à Québec, aux côtés de son homologue de l’Alberta, Rachel Notley, qui effectuait sa première visite officielle.

M. Couillard a minimisé l’impact de ces résultats et a mis l’accent sur la bonne performance économique de certaines régions du Québec. «Il faut se méfier de rapports sur un mois. (…) Ces chiffres-là changent, comme vous le savez. Les chiffres montrent que le chômage a baissé de façon importante dans la plupart des régions du Québec, et particulièrement au Saguenay-Lac-Saint-Jean.»

Il a soutenu que «l’axe fondamental» de l’action de son gouvernement ne changera pas: équilibre budgétaire, contrôle de la dette, Plan Nord, stratégie maritime, aide aux PME, réforme fiscale, stratégie de l’aluminium. M. Couillard a ajouté que son gouvernement travaillait cependant sur d’autres projets.

Toujours sur le front de l’emploi, le premier ministre a condamné l’entreprise Graphic Packaging Holding, qui a brusquement fermé, sans préavis, son usine de carton située dans le secteur de Jonquière, à Saguenay. Pas moins de 140 travailleurs perdent ainsi leur emploi.

«On a été surpris et déçu d’apprendre la nouvelle, surtout que l’entreprise ne nous absolument pas contactés pour nous indiquer des difficultés ou des besoins spécifiques, a indiqué M. Couillard. (…) Je déplore l’attitude de l’entreprise qui a procédé de façon soudaine, unilatérale, sans nous parler avant.»

Il a précisé que son ministre de l’Économie, Jacques Daoust, était en contact avec l’entreprise et que tout sera fait pour faire revenir l’entreprise sur sa décision. Toutefois, le premier ministre n’a pas voulu créer des attentes trop élevées.

«Si la décision est basée sur des considérations autres, ce sera difficile de faire plus.»

L’opposition officielle a durement critiqué le geste de l’entreprise et accusé le gouvernement d’inaction en matière de création d’emplois. Dans un communiqué, le Parti québécois s’en prend à Graphic Packaging Holding, qui a racheté cette usine de Cascades.

«L’usine a été achetée pour sa technologie et elle sera délocalisée, a dit le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, par voie de communiqué. C’est inacceptable.»