Montréal vert pâle, pâle, pâle

Montréal fait piètre figure dans le classement mondial des villes vertes, recalée entre autres par sa forte consommation d’énergie et d’eau potable.

montreal
Photo : Rubbens Abboud/Alamy

Montréal fait piètre figure dans le classement mondial des villes vertes, recalée entre autres par sa forte consommation d’énergie et d’eau potable.

Sur les 27 villes nord-américaines étu­diées, Montréal se classe 19e, loin derrière San Francisco, Vancouver et New York, qui occupent les trois premières places.

Élaboré depuis 12 ans par le géant Siemens en collaboration avec le groupe de recherche Economist Intelligence Unit, ce classement est fondé sur 31 indicateurs, dont les émissions de CO2, la consommation d’énergie, l’offre de transport en commun, le nombre de bâtiments certifiés LEED, la consommation d’eau potable par habitant et le nombre d’espaces verts.

Si Montréal se classe en queue de peloton quant à la consommation d’énergie et d’eau potable, elle se hisse tout de même parmi le premier tiers pour ce qui est du transport en commun, des émissions de CO2, de la gestion des déchets et de la qualité de l’air

Dans la même catégorie