Mort de Sammy Yatim: le policier James Forcillo témoigne pour sa défense

TORONTO – Un policier de Toronto qui subit actuellement son procès pour avoir abattu un jeune homme dans une voiture de tramway vide a assuré, mercredi, qu’il n’avait pas l’intention de tuer quelqu’un la nuit où il s’est retrouvé devant Sammy Yatim.

James Forcillo a plaidé non coupable à des accusations de meurtre au second degré et de tentative de meurtre en lien avec le décès de Sammy Yatim, âgé de 18 ans.

L’agent, qui témoigne pour sa défense, a dit avoir ouvert le feu sur l’adolescent parce qu’il craignait que ce dernier l’attaque.

Il a affirmé avoir tiré une première fois parce qu’il croyait que M. Yatim était armé d’un couteau et qu’il était sur le point de s’en prendre à lui, puis une seconde fois parce qu’il avait l’impression que le jeune homme s’apprêtait à sortir de la voiture de tramway pour poursuivre son assaut.

Forcillo, qui a confié au tribunal avoir su dès l’âge de 12 ans qu’il voulait faire partie des forces de l’ordre, a indiqué qu’il n’avait pas prévu que la nuit se terminerait avec la mort de Sammy Yatim.

Le jury a vu des vidéos et écouté des enregistrements audio de l’affrontement entre James Forcillo et Sammy Yatim, survenu en juillet 2013 et qui s’est terminé par le décès de l’adolescent.

Les jurés ont été informés que le jeune homme avait consommé de l’ecstasy avant de prendre le tramway et avait fini par sortir un petit couteau de sa poche, semant la panique parmi les passagers de la voiture où il se trouvait.

Les images captées par les caméras de surveillance montrent Forcillo arriver sur les lieux, pointer son arme sur l’adolescent et lui ordonner à plusieurs reprises de laisser tomber son couteau.

Après environ 50 secondes, l’agent tire neuf balles en deux temps, dont huit ont atteint Sammy.

Un expert américain témoignant pour la Couronne a soutenu devant le tribunal que beaucoup d’options autres que le recours à la force létale s’offraient au policier avant qu’il ne fasse feu.