NB: Les problèmes avec la police minent la confiance du public,dit un professeur

FREDERICTON – Au moins 16 policiers du Nouveau-Brunswick ont été suspendus ou renvoyés au cours de la dernière année, et un professeur de criminologie dit que cela est en train de miner la confiance du public envers les forces policières.

Michael Boudreau, qui enseigne à l’Université St. Thomas, à Fredericton, explique que certaines personnes continuent de soutenir la police car ils savent que la plupart d’entre eux font leur travail. Mais pour les autres, ces incidents renforcent leur manque de confiance et alimentent les critiques acerbes envers la police, selon l’expert.

La police municipale de Fredericton a vu quelques-uns de ses policiers suspendus l’an dernier, dont deux qui ont été congédiés en décembre après un arbitrage.

La chef de police de Fredericton, Leanne Fitch, a diffusé un communiqué la semaine dernière, affirmant qu’il s’agissait d’un «moment troublant» pour sa force policière.

Elle a insisté sur le fait qu’il y a toujours des policiers qui travaillent très fort et se dit fière de leur immense dévouement et de leur professionnalisme.

D’autres forces policières ont aussi été sous les projecteurs dans la province. Deux agents de Bathurst ont été accusés d’homicide après qu’un homme eut été abattu dans sa voiture.

Il a également été annoncé le mois dernier que quatre des 20 policiers du détachement de Woodstock de la GRC ont été suspendus. Ils ont tous été accusés de conduite déshonorante.

Au total, huit des 732 policiers de la GRC de la province sont actuellement suspendus.

Le commandant de la GRC pour la province Roger Brown a reconnu que cette situation était embarrassante, mais il a soutenu qu’il y avait des limites à ce que les chefs de police peuvent faire.

«Je suis un officier mais pas un gardien d’enfant. Je ne suis pas avec eux 24 heures par jour», a-t-il dit.

Laisser un commentaire