Nelson Hart est reconnu coupable d’avoir menacé un agent correctionnel

ST-JEAN, T.-N.-L. – Nelson Hart, un Terreneuvien dont la condamnation pour meurtre avait été renversée par une décision historique de la Cour suprême, a été reconnu coupable d’avoir proféré des menaces lors d’une altercation impliquant des agents correctionnels en prison il y a deux ans.

Une autre accusation, de voies de fait contre un agent de la paix, a été retirée par la Couronne avant que la juge Lois Skanes, de la Cour provinciale, ne prononce son verdict mercredi, à St-Jean.

Selon le témoignage de Krista Williams, un agente correctionnelle au pénitentier de St-Jean, Nelson Hart lui avait lancé une assiette de carton et un couteau de plastique et avait menacé de poignarder un de ses collègues.

Hart était en colère parce que les agents avaient mis en doute le fait qu’il ait pris ses médicaments.

La juge Skanes a estimé que Hart avait bel et bien eu l’intention d’intimider les agents.

Nelson Hart a été remis en liberté en août dernier, après neuf ans derrière les barreaux, lorsque la Couronne a jugé qu’elle n’avait pas de preuves suffisantes pour tenir un nouveau procès pour le meurtre de ses deux jumelles de 3 ans qui ont été noyées en 2002 à Gander Lake.

Sa condamnation avait été renversée en juillet par la Cour suprême, qui avait jugé que les confessions obtenues par un piège policier de type Mr. Big n’étaient pas admissibles en preuve.

Il reviendra en Cour le 27 février pour la suite des procédures relativement à la détermination de la peine.