Nexen peut rouvrir certains oléoducs en Alberta après une suspension d’un mois

CALGARY – L’entreprise Nexen peut rouvrir certains de ses oléoducs en Alberta un mois après s’être fait suspendre ses permis par les autorités provinciales.

L’agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta a affirmé qu’elle avait inspecté les installations de Long Lake et réexaminé des documents. Elle a finalement déterminé que quelque 40 oléoducs transportant des gaz combustibles, du gaz naturel et de l’eau posaient un «risque faible» à la sécurité publique et à l’environnement.

L’organisme ajoute que l’entreprise a démontré que les installations pouvaient être utilisées de façon sécuritaire, en tout respect des exigences règlementaires.

Les 55 autres oléoducs affectés par l’ordre demeurent fermés jusqu’à ce que l’entreprise démontre qu’ils sont sécuritaires, a-t-on précisé.

L’agence a retiré les permis d’exploitation du site de Long Lake, le 28 août, parce que l’entreprise ne respectait pas les normes concernant l’entretien et la surveillance des oléoducs.

Nexen a annoncé par communiqué que la réouverture des installations lui permettra de rétablir environ 75 pour cent de ses opérations de production et de mise à niveau.

Le 15 juillet dernier, une fuite avait été découverte sur le site de Nexen à Long Lake, l’oléoduc en cause ayant déversé dans la nature près de cinq millions de litres d’un mélange de bitume, d’eau et de sable.