Niqab aux cérémonies de citoyenneté: le fédéral retire son appel

OTTAWA – Le gouvernement libéral retire l’appel déposé devant la Cour suprême du Canada dans la cause entourant le port du niqab aux cérémonies de citoyenneté.

Il met ainsi fin aux démarches entamées par le précédent gouvernement conservateur, qui a été débouté à deux reprises par autant de tribunaux dans cette affaire qui a déchaîné les passions pendant la campagne électorale.

«Aujourd’hui, nous avons fait en sorte que les candidats à la citoyenneté retenus continuent d’être inclus dans la famille canadienne», a résumé lundi en point de presse à Ottawa la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould.

«En tant que gouvernement, nous respectons les décisions des deux tribunaux, et dans toutes nos politiques, en tant que gouvernement, nous nous assurerons que nous respecterons les valeurs qui font de nous des Canadiens», a-t-elle indiqué.

Ces valeurs «de diversité et d’inclusion» sont celles auxquelles adhère profondément le Parti libéral du Canada (PLC), a ajouté Mme Wilson-Raybould, se disant «heureuse» que ce geste soit l’un des premiers qu’elle pose comme procureure générale du Canada.

La ministre a dit avoir personnellement contacté la jeune femme au coeur de cette affaire, Zunera Ishaq, pour l’informer de l’abandon des procédures.

La femme d’origine pakistanaise, qui habite en Ontario, contestait une directive ministérielle interdisant aux musulmanes d’avoir le visage voilé lors de la prestation du serment de citoyenneté canadienne.

Son recours a été accueilli favorablement par la Cour fédérale, puis par la Cour d’appel fédérale. La dernière décision est tombée à la mi-septembre, en pleine campagne électorale.

Les conservateurs avaient aussitôt annoncé qu’ils porteraient la cause de Mme Ishaq à l’attention du plus haut tribunal au pays.

Ils avaient du même coup tenté d’empêcher la femme âgée de 29 ans d’obtenir sa citoyenneté en demandant une suspension du jugement, mais en vain.

La ministre Wilson-Raybould n’a pas précisé lundi si des fonctionnaires de son ministère lui avaient fourni des avis juridiques entourant les chances de succès d’Ottawa devant le plus haut tribunal au pays.

«Les responsables gouvernementaux me fournissent régulièrement des avis, mais dans ce cas, il s’agissait d’un engagement que nous avions pris pendant la campagne et que j’ai le plaisir de concrétiser», a-t-elle offert.

Le premier ministre Justin Trudeau a toujours vigoureusement dénoncé l’attitude du gouvernement de Stephen Harper dans ce dossier.

Pendant la campagne, il a accusé le chef conservateur de chercher à «éveiller la peur» et à «créer de la division», une tactique selon lui «indigne» du poste de premier ministre qu’occupait M. Harper.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, a pris acte du retrait de la demande d’autorisation d’appel, notant qu’il s’agit de la prérogative du nouveau gouvernement.

Mais «en tant que femme qui défend les droits des femmes dans le monde entier depuis que je suis adulte, je ne pense pas que le niqab affirme l’égalité des droits des femmes et des filles, et qu’il ne reflète pas les valeurs d’une société ouverte et tolérante», a-t-elle déclaré.

«C’est une question à laquelle le gouvernement doit maintenant répondre», a conclu Mme Ambrose dans une déclaration écrite transmise par le Parti conservateur.

Laisser un commentaire