Obsèques de J. Parizeau: Couillard choqué par la tenue des policiers du SPVM

QUÉBEC – Choqué par l’accoutrement des policiers du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) aux obsèques de Jacques Parizeau, Philippe Couillard entend agir pour forcer les agents de police à respecter le code vestimentaire.

«Je crois que des actions risquent d’être nécessaires», a lâché le premier ministre, mercredi, à l’entrée d’une réunion du caucus libéral.

M. Couillard a condamné sans réserve le «manque de jugement et de respect» des policiers qui déambulaient en pantalons de camouflage et qui portaient une casquette aux couleurs de leur syndicat aux funérailles de l’ancien premier ministre péquiste. Ces accoutrements voyants et parfois grotesques visent à dénoncer la loi 15 sur les régimes de retraite.

«J’ai été choqué de voir ça, a déclaré le premier ministre. C’est un manque de jugement et de respect qui m’apparaît regrettable. D’abord en la personne de M. Parizeau, qu’on honorait, que tout le Québec honorait hier (mardi).»

Selon M. Couillard, ces policiers ont non seulement manqué de respect envers le défunt et sa famille mais aussi envers leur profession. Il s’étonne que les policiers n’aient pas cru bon, dans une circonstance semblable, de ranger leurs vêtements d’opérette.

«On ne peut pas avoir une société où les agents de la paix ou les agents de sécurité se comportent de cette façon. J’espérais que les policiers eux-mêmes, à l’intérieur de leurs rangs, disent: ‘on ne peut pas se comporter de cette façon’. Mais ça ne semble pas se produire, malheureusement», a-t-il soulevé.

Pour le premier ministre, le comportement des policiers aux funérailles de M. Parizeau était d’autant plus inacceptable que quelques mois plus tôt, aux obsèques du populaire hockeyeur Jacques Béliveau, ils avaient choisi de porter l’uniforme réglementaire.

«Qu’on ait eu la sagesse de ne pas avoir ce genre de manifestation lors des funérailles de M. Béliveau c’est bien, mais qu’on n’ait pas eu cette élémentaire sagesse également hier (mardi) m’apparaît très, très regrettable», a-t-il insisté.

Le chef du gouvernement libéral a aussi critiqué les chefs de police qui tolèrent les infractions au règlement sur le port de l’uniforme. Il y voit de leur part un laisser-aller «regrettable».

«C’est décevant pour moi de voir que les outils sont là. Il y a un règlement sur l’uniforme, s’habiller en policier n’est pas improvisé, c’est même prescrit jusqu’aux ceinturons si vous allez lire le règlement. Tous les outils sont là pour que les directeurs de police assument leurs responsabilités et je souhaite qu’ils le fassent», a affirmé M. Couillard.

De toute façon, le gouvernement a déjà décidé de sonner la fin de la récréation. Il posera les gestes qu’il faut pour faire respecter l’uniforme. M. Couillard a indiqué que la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, présentera des mesures cet automne pour s’assurer du respect du règlement sur l’uniforme.

«Mme Thériault travaille depuis quelque temps sur un projet en ce sens-là, a révélé M. Couillard. Le travail va se poursuivre autour de l’été et on aura l’occasion, je crois, d’y revenir à l’automne.»

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, est aussi engagé dans le dossier. Il importe, selon lui, de remettre «un peu d’ordre» dans la maison.

«Il va falloir qu’on pose des gestes parce qu’à l’évidence, l’appel à la raison ne semble pas fonctionner avec ces gens-là. La récréation achève», a-t-il dit à l’entrée de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.