Old Harry: les environnementalistes déçus de la prolongation du permis

SAINT-JEAN, T.-N.-L. – Des environnementalistes qui réclamaient un moratoire sur le forage dans le golfe Saint-Laurent ont reçu une bien mauvaise nouvelle, vendredi, alors que l’organisme de règlementation a prolongé d’un an le permis d’exploration pétrolière pour le gisement Old Harry.

L’entreprise Corridor Resources, de Halifax, avait jusqu’à vendredi pour offrir un dépôt de 1 million $ afin de prolonger la durée de leur permis jusqu’au mois de janvier 2017.

L’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a annoncé que la province, ainsi que le gouvernement fédéral avaient accepté de renoncer à l’argent.

Le ministre fédéral des Ressources naturelles et ses homologues provinciaux ont entériné cette décision, prise «en considération des facteurs règlementaires qui ont résulté en des délais» lors de la dernière année en vigueur du permis de neuf ans, a annoncé l’office par voie de communiqué.

Le porte-parole Sean Kelly a indiqué qu’aucun représentant n’était disponible pour commenter davantage. Le chef de la direction de Corridor Resources Steve Moran avait référé toutes les demandes d’entrevues à l’office.

Sylvain Archambault, de la Coalition Saint-Laurent — l’un des nombreux organismes qui avaient demandé un moratoire — juge que la décision est «terrible». Il a ajouté que c’était maintenant la troisième fois que l’entreprise avait obtenu un «passe-droit».

Dans son communiqué, l’office a indiqué qu’il annoncerait bientôt ses plans pour consulter le public et les Premières Nations relativement aux enjeux environnementaux.

Selon le gouvernement fédéral, 39 mille milliards de pieds cubes de gaz naturel et 1,5 milliard de barils de pétrole se trouveraient dans le golfe et les zones environnantes.

Des groupes autochtones et des militants environnementaux avaient réclamé un moratoire en attendant d’évaluer les risques environnementaux. Ils veulent également que les provinces environnantes — le Québec, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador — se dotent d’une stratégie collective pour la gestion du gisement.

Le site est situé à environ 80 kilomètres à l’ouest de Terre-Neuve.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.