Un homme est accusé d’un triple meurtre commis à Ottawa en 2007

OTTAWA – Plus de sept ans après les crimes, un homme d’Orléans a été accusé vendredi du meurtre prémédité du juge à la retraite québécois Alban Garon, de sa femme Raymonde et de leur voisine Marie-Claire Beniskos, commis en juin 2007 à Ottawa, a indiqué la police.

Ian Bush, âgé de 59 ans, avait d’abord été arrêté relativement à une violation de domicile avec agression chez un ancien combattant d’Ottawa âgé de 101 ans, en décembre. La police l’a ensuite soupçonné d’être l’auteur du triple meurtre non résolu depuis 2007, et a poursuivi cette piste, a indiqué en conférence de presse la directrice intérimaire de la police d’Ottawa, Jill Skinner.

L’ex-juge Alban Garon, âgé de 77 ans, était originaire de Saint-Lambert-de-Lévis, près de Québec. Nommé à la magistrature en 1988, il avait été juge en chef de la Cour canadienne de l’impôt de 2000 à 2004. Les trois victimes avaient été retrouvées assassinées dans leur immeuble en copropriété d’Ottawa.

Ian Bush doit comparaître samedi matin, au palais de justice d’Ottawa, pour répondre de ces nouvelles accusations.

«Les enquêteurs ont travaillé au cours des dernières semaines à recueillir des preuves qui pouvaient relier Bush au triple meurtre», a indiqué la chef Skinner. «Nous ne discuterons pas de la preuve aujourd’hui — elle sera présentée en cour —, mais je peux vous dire que cette preuve comprend notamment de l’ADN.»

Selon le sergent Bruce Pirt, la police aurait peut-être tôt ou tard résolu ce triple meurtre, mais il admet que l’affaire de la violation de domicile aura donné un sérieux coup de pouce aux enquêteurs d’Ottawa, qui étaient alors dans une impasse.

Quant au dossier de violation de domicile chez le vétéran Ernest Côté, le 18 décembre, Ian Bush est accusé de tentative de meurtre, de vol qualifié avec violence, de séquestration et d’introduction par effraction. M. Côté, qui a participé au débarquement de Normandie, n’avait pas été blessé lors de la violation de domicile.

Lors d’une audience dans cette cause, plus tôt vendredi, au palais de justice d’Ottawa, la Couronne a déposé le rapport d’experts à la suite de l’évaluation psychiatrique ordonnée par le tribunal. La procureure Julie Scott a expliqué à la cour que selon ces experts, l’accusé ne peut plaider la non-responsabilité criminelle, et qu’il est apte à subir son procès.

Ian Bush, qui a opté pour un procès devant juge et jury dans cette affaire, comparaîtra à nouveau le 6 mars, alors que l’on fixera une date pour la suite des procédures. Il a aussi été accusé de onze chefs liés aux armes à feu — on a retrouvé chez lui deux fusils de chasse.

Par ailleurs, l’avocate de l’accusée, Géraldine Castle-Trudel, réclame une enquête formelle pour savoir comment les médias ont appris que son client dans l’affaire de violation de domicile pouvait être lié au triple meurtre de 2007, avant même que des accusations ne soient portées. Cette fuite, qu’elle attribue à la police, transforme cette affaire en «chasse aux sorcières» et en «cirque médiatique», a-t-elle soutenu lundi.

Laisser un commentaire