Ottawa va participer au programme d’achats groupés de médicaments sur ordonnance

VICTORIA – Le gouvernement fédéral se joint au programme d’achats groupés de médicaments mis sur pied par les provinces et territoires afin de réduire les coûts liés à l’achat de médicaments sur ordonnance.

Dans une déclaration publiée mardi après-midi, la ministre de la Santé, Jane Philpott, a annoncé que les régimes fédéraux d’assurance médicaments participeront aux négociations menées par l’Alliance pancanadienne pharmaceutique pour acheter des médicaments à moindres coûts.

Cette annonce survient au moment où les ministres de la Santé du pays convergent vers Vancouver pour participer à une rencontre fédérale-provinciales.

Selon Ottawa, l’Alliance a permis de réaliser des économies de plus de 490 millions $ par année grâce à la négociation de 89 ententes sur des médicaments «de marque». Depuis sa création en 2010, elle a également réussi à faire baisser le prix de 14 médicaments génériques, peut-on lire dans le communiqué.

Des économies qui «impressionnent» et «encouragent» la ministre Philpott qui dit se réjouir à l’idée de travailler avec les provinces et territoires afin de «négocier de meilleurs prix pour les médicaments d’ordonnance».

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Terry Lake, a déclaré que la participation du gouvernement fédéral va grandement accroître le pouvoir d’achat de l’Alliance.

Le gouvernement fédéral administre le régime d’assurance médicaments — dont le budget atteignait 630 millions $ en 2014 — pour les membres des Forces canadiennes, de la Gendarmerie royale du Canada, des Premières Nations, des anciens combattants, des détenus et des demandeurs d’asile.

«Le pouvoir d’achat additionnel des régimes fédéraux d’assurance médicaments renforcera encore l’Alliance», a mentionné M. Lake.

Par ailleurs, l’Ontario a prévenu qu’elle ne souhaitait aucun changement à la formule de financement actuelle liée aux services de santé, un sujet qui sera discuté à la rencontre qui s’amorcera mercredi à Vancouver.

En campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau avaient promis de négocier une nouvelle entente sur la santé avec les provinces et territoires, incluant un accord à long terme sur le financement.

Le ministre Lake a fait valoir que la Colombie-Britannique, tout comme les provinces atlantiques, ne sont pas satisfaites de la formule actuelle puisqu’elle ne tient pas compte des coûts plus élevés engendrés par le vieillissement de la population, un phénomène qui est plus présent dans certaines provinces.

L’Ontario suggère plutôt aux gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral d’axer les discussions dès mercredi sur les changements qu’ils souhaitent voir dans le nouvel accord sur la santé. Le ministre de la Santé de la province, Eric Hoskins, propose que les négociations sur la distribution des fonds fédéraux se fassent à un autre moment.

M. Hoskins affirme que les scientifiques sont divisés sur la question des impacts du vieillissement de la population sur les coûts en santé et que cette réalité pourrait ne pas créer le «tsunami» tant attendu relativement à la hausse des coûts en santé.

La ministre Philpott a dit espérer que les provinces et territoires ne seront pas trop «distraits» par les détails entourant les transferts fédéraux.

«Nous devons nous entendre sur là où les changements doivent être faits, a-t-elle déclaré. Injecter plus d’argent dans le système n’est pas toujours la meilleure solution, et ce n’est pas toujours l’avenue à suivre pour provoquer des changements.»

Laisser un commentaire