Ouverture du procès de matricule 728, la policière Stéphanie Trudeau

MONTRÉAL – Le procès de la policière Stéphanie Trudeau, connue par le numéro de matricule 728, a débuté en retard mardi au palais de justice de Montréal, alors que les activités étaient perturbées par des manifestations de fonctionnaires.

Pendant un peu plus d’une heure, des manifestants ont ainsi bloqué les accès à l’édifice situé dans le Vieux-Montréal.

L’avocat de Stéphanie Trudeau, Me Jean-Pierre Rancourt, a déposé une requête en arrêt des procédures mais le juge a décidé d’entendre le procès avant cette requête. Il estime qu’il serait risqué de rendre une décision sur la requête sans avoir entendu la preuve.

La Couronne a donc commencé à étaler sa preuve. On a présenté des vidéos réalisées par des gens qui ont été témoins de l’arrestation musclée à laquelle a procédé le matricule 728, le 2 octobre 2012, sur l’avenue Papineau, à Montréal.

Stéphanie Trudeau, qui est accusée de voie de fait simple, a suivi le déroulement des procédures sans broncher.