Le dossier de Claude Blanchet au Fonds de solidarité sème la controverse

MONTRÉAL – Le financement par le Fonds de solidarité de la FTQ d’une entreprise appartenant au mari de la première ministre Pauline Marois, Claude Blanchet, a été au coeur de l’actualité politique durant toute la journée, mardi, forçant la première ministre à sortir de son mutisme pour la première fois depuis des semaines afin de défendre son conjoint.

Après avoir présenté la politique jeunesse de son gouvernement, à Montréal, la première ministre s’est adressée aux journalistes pour réaffirmer l’intégrité de son mari et répondre aux attaques de ses adversaires, au premier chef le caquiste François Legault.

«Je vais inviter M. Legault à se calmer, a lancé Mme Marois plutôt froidement. M. Legault lance des attaques personnelles. Ce n’est pas digne de quelqu’un qui veut occuper la fonction de premier ministre et je crois que cela mine sa crédibilité.»

Elle a ensuite invité le chef caquiste à consulter les témoignages devant la Commission Charbonneau qui démontrent, selon elle, que toutes les transactions impliquant son mari ont été faites selon les règles de l’art.

«Je comprends que M. Legault est désespéré mais, quand même, pas au point de tronquer la vérité», a laissé tomber Mme Marois.

M. Legault avait été jusqu’à suggérer de convoquer Claude Blanchet en commission parlementaire à Québec, mais la première ministre a balayé cette possibilité du revers de la main, disant ne pas vouloir se substituer à la Commission Charbonneau.

Un peu plus tôt en conférence de presse, le chef libéral Philippe Couillard avait également rejeté catégoriquement l’idée de convoquer M. Blanchet en commission parlementaire, sensiblement pour les mêmes raisons.

«Pendant que la Commission Charbonneau siège, ce n’est par le rôle de l’Assemblée nationale de se transformer en Commission Charbonneau parallèle, a déclaré chef libéral. La commissaire prendra ses décisions quant à qui elle veut entendre ou faire entendre.»

M. Couillard s’est abstenu de suggérer que la commission devrait inviter M. Blanchet à témoigner, mais il a néanmoins promis de talonner la première ministre sur ces questions et a invité les médias à faire de même, disant espérer de ceux-ci la même rigueur envers la chef péquiste, son gouvernement et son parti, que celle déployée à l’endroit du Parti libéral lorsque celui-ci était au coeur de la controverse.

François Legault est cependant revenu à la charge en mi-journée, depuis le caucus de son parti à Saint-Eustache. Il a d’abord déploré que son vis-à-vis libéral Philippe Couillard ne veuille pas convoquer Claude Blanchet en commission parlementaire alors que l’hypothèse d’une élection hâtive semble de plus en plus probable.

«C’est normal que M. Blanchet vienne s’expliquer d’une façon ou d’une autre. Pourquoi en commission parlementaire? Parce qu’on n’a pas de contrôle sur la Commission Charbonneau et on sera peut-être en élection dans les prochaines semaines. C’est important que les Québécois sachent avant de voter qu’est-ce qui s’est produit», a fait valoir le chef caquiste.

Malgré les assurances de Mme Marois, François Legault estime qu’il reste beaucoup trop de questions en suspens dans cette affaire.

«Quel est le prix qui a été payé? Pourquoi ce prix-là a été payé? Pourquoi a-t-on investi dans deux blocs appartements? Pourquoi a-t-on donné 700 000 $ d’honoraires de gestion? Pourquoi M. Arsenault (Michel, ancien président de de la FTQ) a-t-il dit qu’il avait un deal avec M. Blanchet? Mme Marois nous dit qu’il n’y avait pas de deal. C’est faux! Il y en avait un deal; le Fonds a investi 3 millions $ dans la compagnie de M. Blanchet», a mitraillé M. Legault.

Le Fonds de solidarité avait investi un peu moins de 3 millions $ dans l’entreprise Capital BLF, créée par M. Blanchet. La société était propriétaire, à ce moment, de deux immeubles locatifs évalués à 5 millions $. La valeur de l’investissement du Fonds a diminué de moitié en quelques années seulement.

Claude Blanchet a été président du Fonds de solidarité du moment de sa création, en 1983, jusqu’en 1997.

Les commentaires sont fermés.

Claude Blanchet ET Pauline Marois devraient tous deux comparaître devant une commission d’enquête pour tirer au clair cette histoire de magouille et de trafic d’influence.

Il y a de la pérennité de notre démocratie.

Ne portait-elle pas un foulard blanc à une certaine époque???