PKP appuie la loi mettant fin au lock-out des employés de garage du Saguenay

QUÉBEC – Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, approuve l’idée de voir le gouvernement intervenir par voie législative pour mettre fin à un lock-out.

M. Péladeau a voté en faveur du projet de loi 71, adopté jeudi à l’unanimité, pour mettre un terme au conflit de travail impliquant 450 employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean en lock-out depuis près de trois ans.

Le projet de loi était piloté par le ministre du Travail, Sam Hamad, qui estimait que le conflit entre les concessionnaires et leurs employés avait assez duré.

Lorsqu’il était aux commandes de Québecor, M. Péladeau avait la réputation d’adopter la ligne dure avec ses employés, lors des négociations visant le renouvellement des conventions collectives. Un des conflits les plus difficiles chez Québecor a été celui au Journal de Montréal, où les employés ont été mis en lock-out pendant plus de deux ans.

En point de presse sur un autre sujet, M. Péladeau, qui est toujours actionnaire de contrôle de Québecor, a dit avoir voté en faveur du projet de loi 71 parce que «ça fait plus de trois ans que ce conflit existe» et qu’il convenait de trouver un règlement «à la veille de Noël».

Il n’a pas voulu préciser après combien de temps, selon lui, lors d’un conflit de travail, le gouvernement devait s’estimer en droit d’intervenir pour mettre un terme à un lock-out.

Laisser un commentaire