Plusieurs adolescents qui sont trop gros ne le savent pas

MONTRÉAL – Plusieurs adolescents qui souffrent d’embonpoint n’en sont tout simplement pas conscients, démontre une étude réalisée par des chercheurs britanniques.

Les chercheurs de l’organisme Cancer Research UK ont demandé à environ 5000 adolescents âgés de 13 à 15 ans s’ils se considéraient trop gras, trop maigres ou de poids normal. Ils ont ensuite mesuré l’indice de masse corporelle (IMC) des jeunes pour vérifier ces perceptions.

Environ les trois-quarts des adolescents avaient un IMC jugé «normal». Toutefois, 20 pour cent d’entre eux souffraient d’embonpoint et 7 pour cent d’obésité. Parmi ceux-ci, environ 40 pour cent estimaient être de poids normal.

Une chercheure a rappelé que les adolescents qui présentent un surplus de poids ou qui souffrent d’obésité sont plus à risque que les autres de continuer à faire de même à l’âge adulte. Un surplus de poids augmente le risque de souffrir d’une dizaine de cancers, notamment ceux du sein et du colon.

Moins de 10 pour cent des adolescents de poids normal se jugeaient trop gras ou trop maigres. Les filles étaient plus susceptibles que les garçons de s’estimer trop grosses.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le International Journal of Obesity.