Postmedia met à pied environ 90 employés et supprime des salles de nouvelles

TORONTO – Le groupe de presse Postmedia a mis environ 90 employés à pied et a fusionné ses salles de nouvelles dans quatre villes, dans le cadre d’une restructuration visant à contrer les pertes de revenus.

Postmedia possède notamment des journaux à Ottawa, Calgary, Edmonton et Vancouver — deux dans chaque ville. Si Postmedia assure que les huit journaux continueront d’être publiés, il n’y aura désormais qu’une salle de nouvelles pour deux journaux dans chacune de ces villes. Ce changement est effectif immédiatement.

«Nous allons continuer de faire fonctionner les marques distinctes dans chacun de ces marchés», a affirmé le chef de la direction de Postmedia (TSX:PCN.B), Paul Godfrey, dans une note interne envoyée à son personnel.

«Ce qui change est la manière de réaliser ces produits», a-t-il ajouté.

Les deux journaux de Calgary, le «Calgary Sun» et le «Calgary Herald», partageront un rédacteur en chef, tout comme le «Edmonton Journal» et le «Edmonton Sun».

M. Godfrey a ajouté que le «Ottawa Citizen» et le «Ottawa Sun» partageront aussi un rédacteur en chef et que la compagnie cherchait un candidat pour ce poste.

«Nous savons que ce ne sera pas sans difficulté et qu’il y aura des défis à surmonter sur la route, a admis M. Godfrey. Mais ne pas changer n’est simplement pas une option, et je suis confiant qu’au fil des prochaines semaines et des prochains mois, la configuration de nos salles de nouvelles va non seulement générer d’importantes réductions de coûts, mais sera également vouée à créer les meilleurs produits pour nos audiences et nos clients à travers le pays.»

Au total, environ 90 employés ont été licenciés. La vice-présidente des communications de la compagnie, Phyllise Gelfand, a confirmé que ces départs comprenaient environ 35 personnes à Edmonton, 25 à Calgary et 12 à Ottawa.

Tous les employés ont gardé leur emploi à Vancouver, mais un programme de départ volontaire sera offert dans les prochains jours.

Le président du local 87-M du syndicat Unifor, qui représente certains des employés d’Ottawa, a accusé les patrons du groupe de presse de ne pas avoir tenu leurs promesses de continuer à publier deux journaux indépendants dans ces quatre marchés. La réalité, a-t-il dit, c’est que toute l’information émanera désormais d’une seule salle de nouvelles.

Sur Twitter, la directrice de publication du «Edmonton Journal», Stephanie Coombs, a annoncé qu’elle quittait ses fonctions et que la rédactrice en chef Margo Goodhand quittait aussi son emploi à cause de compressions.

Les journalistes sportifs du «National Post» David Alter et Eric Koreen, ainsi que la productrice Web du département des sports, Kaitlyn McGrath, ont aussi publié qu’ils étaient touchés par les coupes.

Il y a moins d’une semaine, Postmedia annonçait une restructuration pour réduire ses dépenses pour pallier un déclin constant des revenus publicitaires, de la vente des journaux imprimés et des revenus des médias journaux.

La compagnie, qui possède entre autres le «National Post» et le «Toronto Sun», vise une réduction de ses dépenses de 80 millions $ d’ici la mi-2017. Son objectif précédent était des coupes de 50 millions $ d’ici la fin de 2017.

Postmedia avait affirmé être en selle pour atteindre cet objectif de 50 millions $ d’ici la fin du troisième trimestre fiscal, le 31 mai.

L’acquisition des journaux Sun de Québecor, l’an dernier, a aidé Postmedia a faire grimper ses revenus à 251,1 millions $ pour le premier trimestre clos le 30 novembre _ comparativement à un chiffre d’affaires 169,5 millions $ un an plus tôt, avant l’acquisition.

Mais cela ne lui a pas permis de sortir du rouge, et elle a affiché une perte nette de 4,1 millions $ pour le trimestre.

Laisser un commentaire