Pression sur le conseil de Winnipeg pour une route vers la réserve de Shoal Lake

WINNIPEG – Plus de 3000 personnes ont signé une pétition pressant le conseil municipal de Winnipeg de respecter son engagement et de construire une route vers une réserve autochtone insulaire qui doit faire bouillir son eau depuis 17 ans.

La réserve de la nation crie Shoal Lake 40, située sur la frontière entre le Manitoba et l’Ontario, a été coupée du monde il y a un siècle lorsqu’un canal artificiel a été creusé pour construire un système d’aqueduc afin d’alimenter Winnipeg en eau potable.

La communauté est alors devenue insulaire et aucun chemin ne relie donc le village à la province, sauf en hiver, par une route de glace. Des résidants risquent ainsi chaque année leur vie en traversant le canal gelé. Pour aller à l’école secondaire, les jeunes doivent déménager. Les aînés ou les malades n’ont pas accès à des soins médicaux suffisants puisque la majorité des professionnels de la santé ne veulent pas risquer leur vie en se rendant sur la réserve, selon les leaders.

Plus tôt cette année, les résidants ont été encore plus isolés lorsque le traversier, déclaré non conforme aux exigences par le gouvernement fédéral, a été hors service durant quelques mois.

Le sort de Shoal Lake 40 a été cité par les chefs des Premières Nations lors de la récente campagne électorale fédérale.

Le musicien Steve Bell a lancé une pétition lorsqu’il s’est aperçu que la Ville de Winnipeg ne semblait pas vouloir inscrire à son prochain budget annuel la construction de cette route déjà promise par le conseil municipal.

Selon lui, le projet sera retardé si la Ville ne réserve pas dès maintenant une somme dans son budget.

Laisser un commentaire