Second procès de Guy Turcotte: la sélection du jury est en cours

SAINT-JÉROME, Qc – C’est un Guy Turcotte sombre, aux traits tirés, qui s’est rendu au palais de justice de Saint-Jérôme, lundi, alors que s’est ouvert son second procès pour meurtre au premier degré de ses deux enfants, Olivier, 5 ans et Anne-Sophie, 3 ans, le 20 février 2009.

Ce deuxième procès devrait durer trois mois.

Toute la semaine sera consacrée au processus de sélection des jurés qui entendront la preuve et rendront ultimement le verdict.

Cette étape vise à «en arriver à un jury de 12 personnes qui soit impartial, indépendant, qui va mettre de côté tous les préjugés ou toutes les opinions déjà préconçues et ne juger qu’en fonction de la preuve qui sera présentée devant lui», a expliqué le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Pascal Boucher.

Ces critères sont d’autant plus importants dans ce cas puisqu’il s’agit d’un second procès et qu’en plus, le premier a été hautement médiatisé et critiqué sur la place publique.

Un nombre élevé de candidats jurés potentiels, soit 1650, ont été convoqués. Le juge entend d’abord les demandes d’exemption des candidats pour divers motifs, par exemple pour des raisons médicales ou familiales. Quant à leur impartialité envers cette affaire, elle sera évaluée la semaine prochaine.

Les jurés ne seront pas séquestrés durant le procès, sauf pour la portion des délibérations, à la toute fin.

L’accusé, qui est libre en attendant le dénouement de ce procès, est apparu vêtu d’un complet gris froissé, marchant lentement et avec raideur dans les corridors du palais de justice. Ses deux parents l’accompagnaient.

Isabelle Gaston, ex-conjointe de l’accusé et mère des deux petites victimes, n’a pas encore été aperçue. Quelque 25 journalistes, cameramen et photographes étaient cependant présents à l’intérieur du palais de justice de Saint-Jérôme.

Guy Turcotte, 43 ans, est arrivé dans la salle d’audience peu avant 10h30. Les mains sur ses cuisses, il semblait inconfortable sur sa chaise, dans le box des accusés. Impassible toute la matinée, il a toutefois fermé les yeux lorsque le juge a mentionné qu’il était «accusé d’avoir tué ses deux jeunes enfants».

Le premier procès de l’ancien cardiologue avait duré près de deux mois et le second pourrait bien être plus long, le juge André Vincent de la Cour supérieure ayant réservé trois mois pour la présentation des témoins et les plaidoiries des avocats.

La Couronne est représentée par René Verret, un procureur d’expérience qui a déjà plaidé dans une vingtaine de procès pour meurtre devant jurés. Assisté de la procureure Maria Albanese, Me Verret a précisé lundi qu’il fera entendre 30 témoins.

Guy Turcotte est défendu par les avocats Guy et Pierre Poupart qui le représentaient lors du premier procès.

Le juge Vincent a remercié les dizaines de candidats jurés qui avaient été convoqués lundi matin.

Il a souligné l’importance de leur rôle de juré. «Le juge et le jury font équipe, a-t-il expliqué. Et vous ne devez pas vous faire une idée avant d’avoir entendu toute la preuve.»

La Couronne en avait appelé du verdict rendu en juillet 2011 car elle souhaitait que l’homme soit déclaré coupable de double meurtre et emprisonné. En 2013, la Cour d’appel du Québec a annulé le verdict et ordonné la tenue d’un second procès. Tout recommence ainsi du début et tous les témoins défileront à nouveau pour rendre leur version des faits.

Selon la Cour d’appel, le juge du procès avait erré dans ses directives au jury.

Les 12 jurés devraient finalement être choisis mardi de la semaine prochaine. Et si tout se déroule comme prévu, le premier témoin du procès sera entendu le lendemain.