Procès Oland: le directeur adjoint de la police de Saint-Jean dans l’eau chaude

FREDERICTON – La Commission de police du Nouveau-Brunswick accepte de se pencher sur les allégations entendues au procès de Dennis Oland concernant l’actuel directeur adjoint du Service de police de Saint-Jean.

Le directeur général de la Commission de police, Steve Roberge, a indiqué en conférence de presse, mardi matin, que c’était le directeur de la police de Saint-Jean, John Bates, qui avait réclamé cette enquête externe.

Les allégations visent le directeur adjoint, Glen McCloskey, et des témoignages entendus au procès de Dennis Oland, mais l’enquête ne s’amorcera pas avant la fin de ce procès, a précisé M. Roberge.

La semaine dernière, l’ancien agent de l’identité judiciaire Mike King a soutenu, au procès Oland, que Glen McCloskey lui avait suggéré de ne pas révéler qu’il avait mis les pieds dans la pièce où l’on venait de découvrir le cadavre de l’homme d’affaires Richard Oland, le 7 juillet 2011. M. McCloskey, qui était enquêteur à l’époque, a nié cette allégation lors de son propre témoignage au procès.

L’enquête de la Commission de police sera présidée par l’ancien directeur de la police de Fredericton Barry MacKnight.

Le chef Bates a aussi ordonné la semaine dernière qu’un dossier d’enquête des Normes professionnelles soit ouvert à l’interne en lien avec les allégations concernant le chef adjoint McCloskey, qui demeure en fonction pendant la tenue de ces enquêtes.

Dennis Oland a plaidé non coupable du meurtre non prémédité de son père, Richard Oland, âgé de 69 ans, retrouvé sans vie, baignant dans une mare de sang, dans son bureau de Saint-Jean. Les deux hommes sont issus de la vieille famille néo-brunswickoise qui a fondé en 1867 la brasserie Moosehead.

Laisser un commentaire