Que feriez-vous pour votre ville avec 200 000 dollars ?

C’est la question à laquelle les habitants de Saint-Basile-le-Grand répondent en ce moment.

Photo : Centre d'écologie urbaine de Montréal
Des citoyens de Saint-Basile-le-Grand votent pour les projets qu’ils voudraient voir se réaliser dans leur ville. Ils ont jusqu’au 19 octobre pour le faire.
(Photo : Centre d’écologie urbaine de Montréal)

Les résidants de Saint-Basile-le-Grand, dans la vallée du Richelieu, vivent une expérience démocratique comme on en voit rarement : ils se prononcent sur la façon dont sera dépensée une partie du budget municipal.

Mieux : ils ont été invités à soumettre les projets dont ils rêvent pour améliorer leur ville. Ils ont présenté près de 50 idées à un comité formé de citoyens et de représentants de la Ville chargé d’évaluer leur faisabilité et leur coût. Seize projets ont été retenus, et c’est maintenant à la population de se prononcer. Les Grandbasilois ont jusqu’au 19 octobre pour voter pour leurs cinq projets préférés.

Il y en a pour tous les goûts : construction d’une scène extérieure permanente, création d’un parc canin, accès gratuit à Internet sans fil dans les parcs, modules de jeux pour ados, etc.

La Ville a mis 200 000 dollars sur la table. Elle réalisera plusieurs petits projets ou un seul gros, chacun des 16 projets retenus valant de 10 000 à 200 000 dollars. Les élus trancheront en fonction du nombre de votes reçus par chacune des idées. Le ou les projets gagnants seront dévoilés au moment de la prochaine séance du conseil municipal, le 3 novembre prochain.

Mercredi dernier, au Centre civique Bernard-Gagnon, le directeur général de la Ville, Jean-Marie Beaupré a dévoilé les seize projets et a officiellement lancé la période de vote, ouvert à tous les citoyens de 16 ans et plus de cette municipalité de 17 000 habitants.

«C’est vraiment intéressant d’avoir notre mot à dire sur ces investissements ; c’est l’argent de nos taxes municipales, après tout» a souligné en souriant Sébastien Tremblay, 28 ans, alors qu’il déambulait devant les affiches des projets en compagnie de sa conjointe, Laurence Lebel, 24 ans.

Arrivés à Saint-Basile-le-Grand il y a un an et demi, ils n’ont jamais assisté à une séance du conseil municipal, mais l’exercice en cours a piqué leur curiosité. «Ça donne envie de proposer un projet l’an prochain !» ajoute Sébastien.

Le maire, Bernard Gagnon, a en effet déjà promis que l’exercice sera refait en 2015. Réputé pour sa grande accessibilité, l’homme en est à son septième mandat à la tête de la ville. «Nous voulons créer une nouvelle culture citoyenne, en rapprochant le citoyen du processus décisionnel», a-t-il déclaré à l’ouverture de la soirée.

La démarche permet aux élus de mieux connaître les besoins de la population, mais aussi de sensibiliser les citoyens aux contraintes et aux responsabilités de la Ville.

Ce budget participatif est l’un des tout premiers à se tenir dans une ville québécoise, après celui de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal, mené entre 2006 et 2008.

La démarche s’inscrit dans une vague qui est apparue dans la ville brésilienne de Porto Alegre, en 1989. Plus de 1 500 municipalités auraient tenté l’expérience depuis, dont San Francisco et Vallejo (en Californie), New York et Paris.

Pour réussir sa démarche, la Ville de Saint-Basile a fait appel aux services du Centre d’écologie urbaine de Montréal, un organisme expérimenté dans les consultations citoyennes.

Richard Pelletier, 63 ans, membre de la Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, salue l’initiative. «On rêve de plein de choses pour notre ville, mais l’argent est rarement disponible pour de gros projets. Cette fois-ci, nous avons cette chance !» En collaboration avec le conseil de fabrique, il a proposé de créer une place publique devant l’église — une façon de redorer le noyau villageois et d’en faire un lieu que les gens ont envie de fréquenter.

Les 200 000 dollars soumis au vote, cette année, ne représentent qu’une fraction des sept millions du budget d’immobilisation de la ville. Mais cela ne pourrait être qu’un début.

«L’an prochain, il y aura probablement une incursion à l’intérieur du budget de fonctionnement de la municipalité», a annoncé le maire Bernard Gagnon. Le budget total de la Ville, incluant les salaires et l’entretien des bâtiments, s’élève à 22 millions de dollars.

La démarche des Grandbasilois fait déjà des petits : les villes de Baie-Saint-Paul et de Rivière-du-Loup ont récemment annoncé qu’elles s’engageraient sur cette voie elles aussi.

Pour savoir comment voter :

http://www.ville.saint-basile-le-grand.qc.ca/calendrier/détailevenement/22400/-/budget-participatif-exposition-des-projets-retenus-et-vote-de-la-population

Les projets retenus :

Les plus populaires