Résolu suspend ses activités forestières en Mauricie: 180 personnes touchées

MONTRÉAL – Au moins 180 employés de Produits forestiers Résolu seront privés de travail dès vendredi en Mauricie, où l’entreprise a décidé de suspendre indéfiniment ses activités forestières.

Cette décision — annoncée mercredi aux employés — est attribuable à la déprime des prix du bois d’oeuvre, mais surtout au coût de la fibre qui d’après l’entreprise est le plus élevé au Québec.

«Cette région, en raison de sa mixité (sapin et feuillus), fait en sorte que la valeur de la fibre ne reflète pas la réalité, comme par exemple au Saguenay—Lac-Saint-Jean», a dit jeudi le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, au cours d’un entretien téléphonique.

Parmi les 180 travailleurs concernés, certains sont embauchés par des entrepreneurs forestiers de la région qui font affaires avec Résolu (TSX:RFP).

Pour l’instant, cette décision n’aura pas d’impact à la scierie de Rivière-aux-Rats, près de La Tuque, dont les activités ont été relancées en août dernier et qui emploie 135 personnes.

M. Blackburn a expliqué que les inventaires étaient encore «importants» à l’usine et qu’il y a également de la fibre en forêt qui peut être transportée, ajoutant toutefois que le «temps n’était pas un allié».

«C’est clair qu’on ne parle pas d’années, a-t-il expliqué. On parle de semaines, de mois tout au plus. C’est un élément de précarité et il y a urgence de trouver une solution.»

Le porte-parole a confirmé qu’il y avait des discussions entre le gouvernement Couillard ainsi que les industriels forestiers entourant le prix de la fibre en Mauricie, ajoutant qu’il est impossible de relancer les activités en forêt si rien ne change.

Cette situation rappelle celle survenue cet été sur la Côte-Nord, où Résolu, Rémabec et Boisaco avaient temporairement suspendu leurs activités en raison de la piètre qualité du bois affecté par l’épidémie de tordeuse des bourgeons d’épinette.

L’impasse entre Québec et les industriels forestiers — qui avait privé de travail plusieurs centaines de personnes sur la Côte-Nord — avait finalement été dénouée après plusieurs semaines d’arrêt.

«Ce qu’on essaie de faire comprendre au gouvernement, c’est de trouver une solution pour trouver une juste valeur à la fibre et permettre à l’industrie de la région d’être concurrentielle», a dit M. Blackburn.

Le porte-parole dit avoir discuté de la situation avec le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, ainsi que la députée libérale de la région, Julie Boulet.

De son côté, Rémabec, la principale entreprise forestière de la région, avec six usines et plus de 640 employés, n’a pas l’intention de suspendre ses activités en forêt.

«Nous n’avons pas de plan d’arrêt sur la table», a fait savoir son porte-parole, Pierre-Olivier Lussier, qui a néanmoins reconnu que le coût de la fibre en Mauricie était très dispendieux, entre autres en raison de la mixité de la forêt.

Produits forestiers Résolu possède ou exploite quelque 40 usines aux États-Unis, au Canada et en Corée du Sud. L’entreprise commercialise ses produits dans quelque 80 pays.