Harper: fin des libérations d’office des criminels récidivistes après les 2/3

VICTORIAVILLE, Qc – Le gouvernement Harper déposera sous peu un projet de loi qui mettra fin aux libérations d’office des «délinquants violents récidivistes» après les deux tiers de leur peine.

Le premier ministre Stephen Harper s’est déplacé à Victoriaville, jeudi, pour en faire l’annonce, devant un parterre de citoyens dont plusieurs avaient eux-mêmes été victimes d’actes criminels.

Dans les faits, la mesure fera que ces criminels récidivistes et violents ne bénéficieront plus d’une libération automatique pour leur permettre de terminer leur peine dans la communauté, après avoir purgé les deux tiers de leur peine _ ce que leur permet actuellement la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.

«Avec l’annonce d’aujourd’hui, nous verrons à ce que les criminels les plus dangereux restent enfermés le plus longtemps possible», a lancé le premier ministre Harper.

Le projet de loi à cet effet sera déposé au printemps, a-t-il précisé. Le premier ministre donne ainsi suite à un engagement qu’il avait pris dans son discours du Trône.

«Il y a chaque année trop de criminels qui commettent de graves infractions pendant qu’ils sont en liberté après leur libération d’office», a déploré le premier ministre Harper.

«La justice n’est pas seulement pour l’accusé; c’est aussi pour la victime», a-t-il ajouté.

Présent à la conférence de presse, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, dont la fille a été assassinée, n’y est pas allé de main morte pour féliciter le premier ministre, affirmant que le gouvernement Harper «avait fait plus que tous les gouvernements depuis le début de la Confédération pour reconnaître des droits pour les victimes de crimes et leur famille».

En plus du sénateur Boisvenu, le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, responsable de l’Agence de développement économique pour le Québec, Denis Lebel, de même que le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, étaient présents.

De même, le maire de Victoriaville, Alain Rayes, considéré par plusieurs comme un futur candidat du Parti conservateur lors des prochaines élections fédérales, a assisté à la rencontre.

M. Rayes a jusqu’ici affirmé qu’il terminerait son mandat à la mairie de la ville des Bois-Francs. Mais son intérêt pour l’élection fédérale semble devenu un secret de Polichinelle.

Interrogé au sujet de la candidature de M. Rayes, d’ailleurs, le premier ministre Harper ne l’a pas niée. «Le Parti conservateur cherche des gens de qualité et expérimentés, qui veulent représenter leur région», a-t-il dit.

Après s’être dit «heureux» que le maire soit à ses côtés pour la rencontre de presse, il a ajouté que son éventuelle candidature, «c’est sa décision et la décision des militants du parti».

Laisser un commentaire