Trois autres pays imposent des restrictions sur le boeuf canadien

EDMONTON – Trois autres pays se sont ajoutés, au cours des derniers jours, à la liste de ceux ayant imposé des restrictions sur l’importation de boeufs canadiens en raison d’un cas confirmé d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en Alberta.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) indique sur son site Internet que le Pérou, le Bélarus et Taïwan avaient imposé des restrictions commerciales temporaires sur le bœuf et les produits du bœuf.

La Corée du Sud a été le premier pays à suspendre l’importation de boeufs canadiens, le 13 février. Cinq jours plus tard, l’Indonésie a imposé à son tour des restrictions temporaires aux produits non comestibles destinés à l’alimentation des non-ruminants.

L’ACIA continue de mener son enquête sur ce cas d’ESB. Elle dit se pencher sur les aliments utilisés pour nourrir l’animal durant sa première année de vie. L’Agence compte retracer tous les animaux posant un risque équivalent, lesquels seront abattus et soumis à des tests de dépistage de l’ESB.

En 2003, un cas d’ESB dans une ferme de l’Alberta avait grandement perturbé les activités des éleveurs canadiens alors que 40 pays avaient fermé leurs frontières aux boeufs du pays. La plupart des marchés ont rouvert leur porte aux produits canadiens depuis ce temps.

L’ESB est une maladie neurologique, dégénérative et mortelle qui touche les bovins. Le dernier cas confirmé d’ESB au Canada remonte à 2011. Le présent cas a été détecté dans le cadre du programme national de surveillance de l’ESB, qui continue de jouer un rôle important dans la stratégie canadienne de lutte contre la maladie.