Un cas de tétanos et six cas d’oreillons sont rapportés en Ontario

TORONTO – L’hospitalisation d’un petit Ontarien souffrant d’une dangereuse infection tétanique alors qu’il n’est pas vacciné a soulevé maintes inquiétudes chez des parents dont les enfants n’avaient pas été protégés.

Et dans une autre petite ville de l’Ontario, des cliniques de vaccination ont été organisées dans les écoles où six enfants ont reçu un diagnostic d’oreillons.

Le garçon souffrant du tétanos est âgé de 6 ans et réside à Owen Sound, à environ 190 km au nord-ouest de Toronto. L’enfant n’avait jamais été vacciné contre la maladie infectieuse douloureuse et potentiellement mortelle.

Il avait été transféré à London dans une unité de soins intensifs. Son état s’étant amélioré, il a été confié aux services pédiatriques au cours du week-end, a dit la Dre Christine Kennedy, du Bureau de la santé publique de Grey Bruce.

La Dre Kennedy a dit que l’agence avait reçu plusieurs demandes d’information sur la vaccination au cours du week-end.

Le tétanos est une maladie infectieuse attribuable au bacille Clostridium tetani. On peut retrouver celui-ci sous forme de spores dans le sol, la poussière et les selles animales. Une infection se déclare si les spores pénètrent à l’intérieur du corps par une coupure ou une blessure. La maladie peut provoquer de sévères contractions musculaires.

Par ailleurs, les autorités sanitaires de Guelph enquêtent sur une épidémie d’oreillons parmi les élèves de trois écoles locales. Jusqu’à présent, six cas — cinq adolescents et un élève d’une école primaire — ont été confirmés.

Les six patients avaient reçu deux doses de vaccin contre les oreillons, a reconnu la Dre Nicola Mercer, du Bureau de la santé publique de Wellington-Dufferin-Guelph. Certaines personnes, même si elles ont reçu deux doses, peuvent attraper la maladie.

Des cliniques de vaccinations ont été mises en place dans les écoles touchées par l’épidémie pour les enfants qui n’ont pas été vaccinés ou pour ceux qui n’ont pas reçu tous les vaccins.

La Dre Mercer a ajouté qu’on ignorait comment l’épidémie avait éclaté, mais qu’on soupçonne que le virus a été importé de l’extérieur du Canada. Les oreillons ne sont pas une maladie endémique au Canada mais le sont dans bon nombre de pays, comme l’indique l’Agence de la santé publique du Canada sur son site Internet.

Le premier cas connu de ce groupe n’a pas récemment voyagé à l’extérieur du pays. Selon la Dre Mercer, il est possible que la personne qui a amené le virus au Canada n’ait pas attiré l’attention de la communauté médicale canadienne.