Un cheval du Service de police de Montréal part en cavale pendant 30 minutes

MONTRÉAL – Sans aller jusqu’à dire que la fièvre du Derby du Kentucky a envahi la métropole, un cheval du Service de police de la ville de Montréal a pris la poudre d’escampette samedi, nécessitant des recherches pour le retracer qui ont duré environ 30 minutes.

Le bizarre incident est survenu vers 16 h samedi, à l’intersection de Monkland et Earnscliffe dans le secteur Côte-des-Neiges, lorsque Royal, un nouveau cheval de la cavalerie du SPVM, a pris la fuite quelques instants après que la policière voulant le monter soit tombée au sol.

Selon ce qu’a relaté l’agent Danny Richer, porte-parole du SPVM, un appel général a été lancé aux policiers en service et le cheval a été aperçu à plusieurs reprises. Une fois l’animal isolé près d’un chemin de fer, la policière a pu s’en approcher alors qu’il se trouvait dans le secteur du boulevard Décarie et de la rue Paré, quelque trois kilomètres plus loin.

Selon le sergent Richer, le cheval a subi des blessures aux pattes et au museau et a reçu les soins d’un vétérinaire, mais on ne craignait pas pour sa vie. De son côté, la policière en a été quitte pour des blessures mineures à une épaule et à un bras.

Selon son site internet, la cavalerie du SPVM compte 11 chevaux, 10 policiers et trois employés civils — les palefreniers — qui soignent les chevaux et entretiennent l’écurie au quotidien.

Parmi ses rôles et responsabilités, la cavalerie répond, en priorité, aux besoins des postes de quartier du SPVM, notamment lors de disparitions, d’événements spéciaux et de défilés, fait respecter les lois et les règlements municipaux ainsi que la prévention du crime, et patrouille sur le territoire de l’île de Montréal, dans les parcs et les endroits non accessibles en véhicule.

Les plus populaires