Un conservateur est tourné en dérision en raison d’un envoi postal

WINNIPEG – Un député conservateur de Winnipeg a été tourné en dérision en raison d’une question figurant dans un envoi postal destiné aux électeurs de sa circonscription.

Dans le document, Lawrence Toet demande aux électeurs de choisir entre deux énoncés: soit ils sont d’accord avec lui à l’effet que le Canada doit être mieux protégé des terroristes, soit ils sont en désaccord et estiment que les «terroristes sont aussi des victimes».

Cette initiative a rapidement inspiré des parodies incisives sur le réseau social Reddit.

Un internaute a notamment fait référence au controversé projet d’oléoduc Keystone XL en demandant si les gens étaient en faveur de la création de milliers d’emplois ou contre l’initiative parce qu’ils étaient des «terroristes écologistes qui devraient être emprisonnés».

M. Toet n’était pas disponible pour accorder des entrevues, mercredi.

Un sondeur qui réside dans la circonscription représentée par le député ayant reçu l’envoi postal a qualifié de «grotesque» la question du député conservateur.

«Si j’avais une question similaire dans une enquête (…) je crois que les gens se seraient mis en rire en pensant que c’est une blague», a expliqué le vice-président de Probe Research, Curtis Brown.

Selon M. Brown, le but de la démarche du député Toet visait à mousser le message du gouvernement conservateur sans faire référence au projet de loi antiterroriste, critiqué par certains parce qu’il va trop loin dans le partage de renseignements.

«C’est un dossier sur lequel les conservateurs sont durement critiqués», a-t-il dit.

Le gouvernement Harper a utilisé diverses méthodes pour faire référence au terrorisme. Certains ont notamment diffusé en ligne des images d’un terroriste accompagné de citations suggérant une attaque à l’endroit du centre commercial West Edmonton Mall.

M. Toet n’est pas le seul député à avoir effectué un envoi postal contenant une question biaisée. L’an dernier, le député néo-démocrate Pat Martin avait demandé à ses électeurs ce qu’ils pensaient de la «loi électorale injuste» du premier ministre Stephen Harper.

D’après M. Brown, cette démarche vise principalement à identifier des partisans.

Les répondants sont généralement classés comme partisan ou opposant dans une base de données. Ils peuvent ensuite être sollicités pour des dons ou afin de s’impliquer lors d’une élection.

Laisser un commentaire