Un couple soutient que le père du petit Alan Kurdi était le capitaine du bateau

Un couple irakien prétend que le père de l’enfant syrien Alan Kurdi, dont la photo du corps échoué sur une plage turque a fait le tour du monde la semaine dernière, était le capitaine du bateau qui a chaviré, faisant 12 morts, dont sa femme et ses deux fils.

Zainab Abbas et Ahmad Hadi, qui ont perdu deux enfants dans la tragédie, ont dit à des journalistes à Bagdad qu’Abdullah Kurdi les avait suppliés de ne pas dire à la police turque qu’il était responsable du bateau.

Ils ont fait ces révélations à des journalistes à l’aéroport de Bagdad lorsqu’ils sont arrivés plus tôt cette semaine, transportant avec eux les deux petits cercueils de leurs enfants décédés, à l’âge de 10 et 11 ans.

D’après le «Wall Street Journal», le couple irakien s’était rendu à Bodrum, une ville côtière de la Turquie, dans l’espoir d’y trouver un passeur qui les amènerait en Europe.

Ils ont confié avoir presque changé d’idée en voyant le canot pneumatique de 4,5 mètres, mais un passeur les a rassurés sur la sécurité de l’embarcation. Il leur aurait aussi présenté M. Kurdi, en disant qu’il serait le capitaine du bateau et que sa propre famille serait à bord.

Seulement quelques minutes après leur départ, le bateau aurait commencé à prendre de l’eau. Selon Mme Abbas et M. Hadi, un des fils de M. Kurdi s’est mis à pleurer et a distrait son père. Le bateau aurait alors percuté une vague de plein fouet et chaviré.

M. Kurdi, qui a perdu sa femme et ses deux fils, Alan, trois ans, et Ghalib, cinq ans, a déjà révélé avoir payé 4000 euros à des passeurs pour faire la traversée de la Turquie à la Grèce. C’est sa soeur, Tima Kurdi, qui lui a envoyé l’argent du Canada pour effectuer la dangereuse traversée.

En entrevue avec le «Wall Street Journal»,Abdullah Kurdi, de retour en Syrie, a nié ces allégations. Il a soutenu que le capitaine était un passeur turc qui a sauté à l’eau et abandonné le bateau peu après que le moteur fut tombé en panne.

«J’ai perdu ma famille, j’ai perdu ma vie, j’ai tout perdu, alors laissez-les dire ce qu’ils veulent», a-t-il lâché.

Le beau-frère de M. Kurdi, qui vit en Colombie-Britannique avec sa soeur Tima, a défendu le père de famille, qualifiant l’histoire du couple irakien de «simplement fausse et inventée».

«Ma femme a parlé à Abdullah plus tôt ce matin et ne peut comprendre pourquoi quiconque inventerait une telle histoire», a affirmé Rocco Logozzo par courriel à La Presse Canadienne.

«Nous sommes bien sûr désolés pour la femme sur le bateau, qui a aussi perdu ses enfants. Nous espérons que les gens l’aideront dans sa détresse et l’aideront à quitter l’Irak. Sa famille et elle ne méritaient pas cette tragédie.»

Abdullah Kurdi blâme le gouvernement canadien pour la mort de sa famille. Il soutient que les autorités lui ont refusé une demande de statut de réfugié, mais Citoyenneté et Immigration Canada dit n’avoir jamais traité une telle demande. Sa soeur a affirmé avoir seulement envoyé une demande pour son autre frère, Mohammad Kurdi, ce qui correspond à la version des faits du ministère.

Laisser un commentaire