Un homme portant le même nom que le présumé tireur a un vaste dossier criminel

MONTRÉAL – Un homme portant le même nom que le présumé tireur tué au cours de la tragédie survenue à Ottawa, mercredi, a un vaste dossier criminel pour avoir commis des crimes mineurs au Québec. Il a aussi été accusé de vol à Vancouver, il y a trois ans.

Des sources haut placées au sein des forces policières ont confirmé que le suspect abattu se nommait Michael Zehaf Bibeau, un individu né en 1982.

Selon des documents judiciaires au Québec, un homme portant ce nom aurait fêté son 32e anniversaire le 16 octobre. Il serait donc né en 1982.

Le plumitif criminel et pénal de la Société québécoise d’information juridique — un organisme relevant du ministère de la Justice — indique que cet homme aurait été condamné à de nombreuses reprises au cours des années 2000.

Trois noms différents apparaissent sur ce plumitif: Michael Bibeau, Michael Zehaf Bibeau et Michael Bibeau Zehaf.

La première des 13 causes retracées remonte à juin 2001. Son nom apparaît pour la dernière fois en 2006, alors qu’il a fait face à une accusation reliée à de la marijuana. Il a plaidé coupable en 2009 et a obtenu une absolution inconditionnelle.

Douze de ces causes ont résulté en des condamnations.

Quatre de ces accusations sont liées à des histoires de drogue. Il a été accusé à trois reprises pour de la possession de marijuana et une autre fois pour possession de PCP en 2004, 2005 et en 2006. La plus lourde peine pour ces quatre accusations a été de 60 jours de prison, pour celle reliée à la possession de PCP en 2004.

Accusé de conduite avec facultés affaiblies en 2001, l’individu a été condamné, un an plus tard, à une amende et à une suspension de permis.

En 2003, il a été condamné à une peine de six mois d’emprisonnement et à un sursis de trois ans après avoir été accusé de possession d’arme.

En 2001, il aussi reconnu avoir commis des voies de fait causant des blessures. Il a reçu une amende et obtenu un sursis.

En 2003, après avoir plaidé coupable à des accusations de vol qualifié, de possession d’un instrument pouvant servir à pénétrer par effraction, d’un vol ne dépassant pas 5000 $ et de complot, il a été condamné à une peine d’emprisonnement de deux ans et à un sursis de trois ans.

Il a aussi été condamné pour bris de probation en 2003 et bris de libération conditionnelle en 2004.

Le plumitif laisse aussi entendre que l’homme a eu plusieurs adresses: plusieurs à Montréal et une autre dans le secteur Aylmer de Gatineau. Dans certaines causes, il n’avait pas d’adresse connue.

Les accusations ont été lancées dans trois districts judiciaires provinciaux: Montréal, Laval et Saint-Jérôme.

Un homme nommé Michael Joseph Zehaf Bibeau, né lui aussi en 1982, a été accusé de vol qualifié à Vancouver en décembre 2011. Il s’est reconnu coupable en février 2012 à des accusations moins graves d’avoir proféré des menaces. Il a été condamné à un jour de prison et crédité de 66 jours de détention préventive.

D’autres dossiers judiciaires indiquent qu’il a été suivi par un psychiatre alors qu’il était détenu et qu’il a été jugé apte à subir un procès.

La police de Vancouver et la GRC de la Colombie-Britannique ont confirmé qu’elles collaborent avec la police d’Ottawa et la GRC à l’échelle nationale. Ils ont refusé de dévoiler de plus amples informations.

Un porte-parole du service de police de la Ville de Montréal a dit ne pas avoir été informé si le SPVM avait reçu une demande d’aide.

Une source connaissant le dossier a aussi dit que le présumé tueur s’était vu refuser une demande de passeport «selon la procédure normale de la demande». Il ne faisait pas l’objet d’une surveillance des autorités policières.