Un policier du SPVM est accusé de trafic de drogue après une enquête interne

MONTRÉAL – Une affaire de policier corrompu vient ternir l’image du Service de police de la ville de Montréal (SPVM).

Philippe Bonenfant, un policier de 29 ans, a comparu jeudi après-midi au palais de justice de Montréal sous quatre accusations, dont trafic de stupéfiants, possession d’une arme prohibée, en l’occurrence un poing américain, et d’avoir frauduleusement utilisé un ordinateur.

Dans ce dernier cas, l’utilisation frauduleuse visait à consulter le Centre de renseignements policiers du Québec, soit la banque de données qui regroupe l’ensemble des renseignements utilisés par les policiers dans le cadre de leurs fonctions et dont la consultation est strictement limitée au travail policier.

La quatrième accusation est d’avoir conseillé à une autre personne de se livrer au trafic de stupéfiants, ce que cette personne n’a pas fait.

Philippe Bonenfant était un policier sans histoire jusque-là.

«C’est un policier qui a six ans d’ancienneté et qui est affecté au poste de quartier 21, dans le centre-ville. C’est un patrouilleur», a expliqué le commandant Khanh Du Dinh en entrevue avec La Presse Canadienne.

Le policier suspect a été appréhendé mercredi après-midi.

Il demeurera détenu jusqu’à son enquête sur remise en liberté provisoire, ce vendredi.

Laisser un commentaire