Un soldat accusé soutient que la Couronne retient des preuves qui l’innocentent

OTTAWA – L’un des soldats les plus décorés du pays pour ses exploits durant la guerre en Afghanistan soutient que la Couronne cache des preuves qui l’innocenteraient, alors qu’il devra faire face, cet hiver, à une accusation de bris de condition de libération.

L’ancien caporal Collin Fitzgerald a été arrêté à l’été 2014 par un policier d’une escouade tactique à Cornwall, en Ontario. Il a été accusé de s’être trouvé à proximité de son ancienne maison à Iroquois, lorsqu’un incendie prétendument criminel l’a détruite.

Il n’a pas été accusé pour l’incendie, mais uniquement pour avoir brisé des conditions de sa libération liée à une ancienne condamnation, selon lesquelles il devait rester au domicile de ses parents et n’avoir aucun contact avec son ex-femme.

Durant l’enquête et la déclaration préliminaire, M. Fitzgerald a soutenu que la Couronne avait présenté à son avocat des documents de téléphonie cellulaire démontrant qu’il se trouvait chez ses parents et au téléphone au moment où la police provinciale de l’Ontario soutient qu’il était près des lieux de l’incendie.

Son avocat a également une déclaration de la personne avec qui M. Fitzgerald était au téléphone, et des enregistrements de caméras de surveillance à la maison de ses parents qui prouvent qu’il n’a pas quitté la maison ce soir-là.

Le bureau de la Couronne à Cornwall n’a pas répondu aux appels répétés logés depuis la dernière semaine et le porte-parole du procureur général de l’Ontario n’a pas non plus commenté.

Laisser un commentaire