Une candidate canadienne de Miss Monde refusée d’entrée en Chine

HONG KONG – La candidate canadienne de Miss Monde a affirmé qu’elle avait été refusée d’entrée en Chine pour participer au concours de cette année, accusant le gouvernement communiste d’avoir étendu sa campagne de censure jusqu’aux concours de beauté.

Anastasia Lin, qui est d’origine chinoise, a indiqué qu’elle n’avait pas pu monter à bord du vol qui était censé la transporter de Hong Kong vers la province de Hainan, dans le sud de la Chine. Lorsqu’elle s’enregistrait, un représentant chinois lui a annoncé au téléphone qu’elle ne recevrait pas de visa à son arrivée. Il lui a seulement dit qu’elle n’était pas admissible, et il lui a rapidement raccroché la ligne au nez.

Mme Lin est une fervente critique de la politique religieuse de la Chine et elle pratique la méditation Falun Gong, qui a été interdite par le Parti communiste chinois en 1999.

Bien qu’elle n’ait pas eu de lettre d’invitation des organisateurs du concours de beauté — et qu’elle n’ait pas obtenu un visa — elle avait décidé d’aller en Chine dans l’espoir de recevoir un visa sur place.

Mme Lin croit que les autorités chinoises souhaitent l’empêcher de mettre les pieds au pays en invoquant des raisons de sécurité.

La candidate juge qu’il serait «pathétique» que le pays commence à censurer les concours de beauté.

Mme Lin, qui a immigré au Canada de la Chine à l’âge de 13 ans, avait affirmé devant une audience du Congrès américain, en juillet dernier, que des dizaines de milliers de fidèles du Falun Gong avaient été tués en Chine pour que leurs organes soient revendus à des fins de transplantation.

Après qu’elle eut remporté son titre au Canada, des agents de sécurité chinois ont visité son père, qui vit toujours en Chine, pour que sa fille garde le silence, selon elle.

L’actrice de 25 ans tient d’ailleurs le rôle d’une pratiquante emprisonnée dans un film canadien, «The Bleeding Edge», qui sera prochainement à l’affiche.