Une commémoration annuelle chargée d’émotions pour les agents de la GRC à Ottawa

OTTAWA – Le sens du devoir et celui de l’histoire poussaient le sergent d’état-major de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) Dan Mayer à monter la garde au Monument commémoratif de guerre du Canada dimanche.

Ce 5 juillet marquait le 115e anniversaire de la remise de la Croix de Victoria — la plus haute distinction militaire au pays — au sergent Arthur Richardson pour la bravoure dont il a fait preuve pendant la guerre des Boers, en Afrique du Sud.

Ce membre de la Police à cheval du Nord-Ouest a pris un congé temporaire de la force policière en 1899 pour s’engager dans le régiment de cavalerie Lord Stathcona’s Horse (Royal Canadians).

Le 5 juillet 1900, à Wolve Spruit, en Afrique du Sud, il a repéré un cavalier canadien blessé dont le cheval avait été abattu. Le sergent Richardson a alors conduit son propre cheval sous une pluie de tirs croisés jusqu’au blessé afin de lui porter secours, ce qui lui a valu la Croix de Victoria.

La commémoration annuelle a revêtu une nouvelle signification cette année, car Dan Mayer et certains de la dizaine d’autres agents de la GRC en uniforme rouge qui montaient la garde devant le monument ont un lien personnel avec les évènements qui se sont déroulés juste en face, près de la Tombe du Soldat inconnu, le 22 octobre dernier.

Le caporal Nathan Cirillo y est mort sous les balles de Michael Zehaf Bibeau, qui s’est ensuite introduit dans le Parlement avant d’être lui-même abattu par les forces de l’ordre.

«Ce mémorial a été construit pour commémorer le sang qui a coulé et, malheureusement, du sang a coulé sur son site même, a déclaré Dan Mayer. Pour cette raison, il est encore plus significatif pour nous d’être ici aujourd’hui et de monter la garde.»

Dimanche, dix agents de la GRC en uniforme de cérémonie se sont succédé à chaque heure pour monter la garde devant le mémorial. D’autres agents se sont mêlés à la foule de passants et de touristes pour expliquer la signification de la cérémonie et prendre la pose devant les caméras.

«Dans ce genre d’évènement, que ce soit aujourd’hui, pour la Fête du Canada ou tout autre cérémonie, nous ressentons toujours une grande fierté de faire partie de la GRC et aussi d’être Canadien», a fait remarquer le sergent d’état-major Mayer.