Une journaliste reçoit des excuses pour un baiser malvenu d’un inconnu

VANCOUVER – Un inconnu qui avait donné un baiser sur la joue d’une journaliste de la CBC alors qu’elle était en direct à la télévision s’est finalement excusé.

Megan Batchelor a indiqué que Daniel Davies, âgé de 17 ans, lui avait écrit un message en privé sur Twitter pour s’identifier et lui demander pardon.

La journaliste parlait en direct du festival de musique de Squamish, en Colombie-Britannique, vendredi, lorsqu’un inconnu avait fait irruption derrière elle et l’avait soudainement embrassée en prenant une photo de son geste.

Le jeune homme a expliqué à la journaliste qu’il voulait faire une blague à ce moment-là, mais il a compris plus tard qu’il avait fait une erreur.

Mme Batchelor a affirmé qu’elle avait accepté ses excuses et qu’il avait l’air sincère. «Il a dit: « À ce moment-là, je trouvais ça hilarant. Et après, j’ai vu vos entrevues, j’ai vu toutes les répercussions que ça a eues. Je me suis mis à votre place, et j’ai compris que j’avais fait une erreur et que ce n’était pas correct » », a-t-elle rapporté.

Mme Batchelor avait dénoncé le jeune homme à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) — ce qui lui a valu plusieurs insultes des internautes, qui l’ont appelée de tous les noms et qui l’ont critiquée sur son intelligence et son apparence. Les contrecoups ont été «insensés», a-t-elle déploré.

Elle souhaite que ces excuses puissent, à court terme, atténuer la grogne des internautes et leur démontrer que le jeune homme était effectivement dans le tort.

Quant à la dénonciation à la GRC, c’est le corps de police qui choisira, si oui ou non, il donne suite à la plainte en déposant des accusations. Mme Batchelor se satisferait simplement des excuses qu’elle a reçues.

«Je ne veux pas voir ce gars-là rater des occasions à l’avenir à cause de cela. Je crois qu’il paie le prix pour ses actions actuellement», a-t-elle soutenu.

Elle espère aussi que cela dissuadera les gens qui auraient l’intention de déranger un journaliste qui essaie de faire son travail.

Laisser un commentaire