Une politique contre le harcèlement sexuel à l’Assemblée nationale

QUÉBEC – L’Assemblée nationale a fait part vendredi de l’entrée en vigueur d’une politique en matière de harcèlement sexuel qui s’adresse aux 500 députés et divers employés du Parlement québécois.

Dans la foulée d’allégations du genre sur la scène fédérale, le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, avait mandaté, en novembre 2014, un comité afin de se pencher sur une politique sur le harcèlement sexuel au travail.

L’automne dernier, deux députés du Parti libéral du Canada avaient été suspendus par leur chef Justin Trudeau lorsque deux députées du Nouveau Parti démocratique avaient affirmé avoir été harcelées sexuellement.

La politique québécoise a été élaborée par le Cercle des femmes parlementaires, un groupe de réflexion qui regroupe des femmes issues de toutes les formations politique.

Après celle du Nunavut, l’Assemblée nationale est la deuxième institution du genre à mettre de l’avant une politique en matière de harcèlement sexuel en milieu de travail.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.