Une transplantation partielle du foie effectuée avec succès à Toronto

TORONTO – Une fillette de trois ans se porte bien après avoir subi une greffe partielle du foie, qui avait été prélevé sur son père.

Johanne Wagner a indiqué jeudi que son mari, Michael Wagner, était son «héros» pour avoir donné à leur fille une partie de son foie. M. Wagner s’est fait retirer de 10 à 15 pour cent de son organe.

La petite Phuoc et sa jumelle Binh sont atteintes du syndrome d’Alagille — un trouble génétique qui affecte les organes vitaux. Si elle ne recevait pas cette greffe, Phuoc risquait de mourir. Puisque le père ne pouvait donner une partie de son foie à ses deux filles en même temps, les médecins ont déterminé laquelle des jumelles recevrait l’implant, les parents étant incapables de choisir.

Le responsable du programme de don d’organes à l’Hôpital général de Toronto, Gary Levy, a confirmé que la petite Phuoc récupérait bien au terme d’une intervention chirurgicale qui a duré sept heures, mardi. M. Wagner va aussi «très bien», selon lui.

M. Levy a rappelé l’importance pour les Canadiens de signer leur carte de don d’organes afin d’aider les patients dans le besoin.

Le couple Wagner, qui a neuf enfants, espère toujours trouver un donneur pour Binh.

Les plus populaires